J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En début de séquence, notre informateur cite les premiers vers d'un poème écrit par l'abbé Bessou (1845-1918) de Saint-Salvadou, “L'ostal naissedor”, publié dans D'al brèç a la tomba (cant I).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Henri (Paul) TRANIER

né en 1914 au Vignal de La Salvetat.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí ont soi nascut que "li avèm pas patit, coma disiá l'autre, los potons, l'ai(g)a fresca e lo pan del cantèl”.
Aquò's negre.
Benlèu…
Aquí, aquò's lo lenhièr que s'apèla.
Aquí per far de fòtos, pels Olandeses, lo fuòc alucat e en trenh de far la grelada.
Aquí, aluqui lo fuòc. A… lor agrada aquò. Voilà e aquí es finida.
Li a l'ai(g)a que cors continuelament, nèch e jorn, nèch e jorn. Èra totjorn plena d'ai(g)a, se voliam un farradat d'ai(g)a, esperàvem pas que pissèsse, la posàvem dins la cuba.
Lo meu pèra que nasquèt en 1872, èra de la classa 92, e ben aviá vist l'ostal acaptat encara ambe de ginèsses, en 92, en 72 o 80 metèm, l'aviá vist acaptat ambe de ginèsses.
E tot aquò demòra de l'epòca, vesètz…
E aquí aquò èra la cosina dels pòrcs. N'i a environ 200 ans qu'es aital, aquò. Aquí, aquela caça dels pòrcs, li fasiam còire los patanons, aquí li aviá una autra semal per lor diluar los patanons e los pòrcs èran dejost, li aviá un embuc aquí e apasturàvem coma aquò, aquí. Menàvem dins aquela semal l'ai(g)a, la farina e apasturàvem aquí, aquí coma aquò. E cosián aquí, los patanons, aquò èra la caça dels patanons.
Salàvem lo pòrc aquí. L'ivèrn, quand jalava l'èrt defòra, lo montàvem amb una civièira e lo veniam rufar aquí e lo dubrissiam per l'ostal perqu'a l'epòca se pindolavan pas, los pòrcs. Lo fotiam aquí sus de palha e, ambe la cotèla, sul trinquet… N'ai ajut tuats prosses… Après, se metèron a los far… per los vidar, pindolats, empalats. Mès totjorn lo paure pèra o fasiá de tot biais mès o fasiam sul plancat, aquí.
E après, quand èra… quand lo lard èra sec, l'aviam aicí. Aicí, aquò èra la carn, de l'autre costat.
M'auretz ben… Vos aurai faussat l'aparelh, veiretz !
Pindolavan aquò, aquí lo lard. Li aviá d'autres… las quatre fiusas perque tuavan… Pagàvem pas de tuaire… Lo paure pèra disiá que n'aviá ajut tuat tres per nautres mès enfin ne tuàvem dos cad'ans, aquí. E ara li a las consèrvas apr'aquí que son pus al fresque qu'a l'ostal nòu, e tot aquò rebala.
Aquí li aviá a-n-aquel cabinet un tirador secret. Per lo dubrir li a pas de palastre ni pas res e lo dubrissián pas los que volián. Dedins li aviá una caplèva que calava aquí d'aquel costat e caliá atrapar lo tirador, fotre un bon còp de ponh dessús e, quand la caplèva… amb un bon còp de ponh, la caplèva baissava e tiràvetz de suita. Èra lo palastre de l'epòca.
Aquí li aviá un lièch, aquí n'i aviá un autre e aicí n'i aviá un autre. Li aviá tres lièches dins aquela cambra. Après, li aviá una autra cambra aval e una autra cambra aquí darrèr, aquí.
Descocolhàvem aquí, las velhadas. Òm s'entendiá. Fotiam una carrada o doas de còcas aquí, e o disiam als vesins e un ser, aquí, òm sopava un bocin pus lèu e venián velhar jusca mièjanèch, aquí per descocolhar de milh. E quand l'aviam descocolhat, lo penjàvem, aquí. E après las femnas avián fach un bocin de gatèu, un daquòs, quauques veirats de vin, un gatèu, e se'n anavan. Èran estat venguts en voetura per descocolhar aquí, de Pradials.
Aicí, aquò's çò que fau l'ivèrn, fau de panièrs, fau de corbelhas, fau de palhassas, fau de… tressi de cadièiras apr'aquí. Per tressar las cadièiras òm a la jonquina, aquí.
Aquí aquò's la cambe bargada, vesètz. La cambe, fasián aital per la bargar.
Aquò èra per començar de la desgrossir perque aquò èra fòrt aquò a debitar. E cal que demòre pas qu'aquò, aquí, vesètz, aquelses fials. E, quand èra plan penchenada, ne fasián una daquòs aquí a una conolha e fialavan. E aquí lo fuse, coma aquò. E èra penchenada, quand èra plan bargada… Aquí èra penchenada. Aquí, aquò tirava… Tota la salopariá demorava aquí. De cambe, n'i a aval al cabanàs mièg-carri.
Ai vist far la tela, ieu, aicí chas lo pepin. A l'ostal de la mèra, al Ram, e ben lo pepè li fasiá la tela. Aquí lo tassavan, l'ordum e lo trescum, passava las navetas, lo fial en travèrs. L'ai vist far, ieu, aquò, èri… Aviái dotze ans, dètz ans.
E aquí oui per far o de corbelhas, o de palhassons…
Lor o ai conservat tot, tot, lor ai pas venduda una broeta. Faràn coma voldràn. »
La maison où je suis né
« Ici où je suis né, “nous n’y avons pas manqué, comme disait l’autre, de baisers, d’eau fraîche et de pain du chanteau”.
C’est noir.
Peut-être.
Là, c’est le bûcher.
Là pour faire des photos, pour les Hollandais, le feu allumé et en train de faire griller des châtaignes.
Là, j’allume le feu. Ah... ça leur plaît, ça. Voilà et là c’est fini.
Il y a de l’eau qui court continuellement, nuit et jour, nuit et jour. Elle était toujours pleine d’eau, si nous voulions un seau d’eau, nous n’attendions pas que ça coule, nous la puisions dans la cuve.
Mon père naquit en 1872, il était de la classe 92, eh bien il avait vu la maison couverte encore avec des genêts, en 92, en 72 ou 80 disons, il l’avait vu couverte avec des genêts.
Et tout ça ça reste de l’époque, vous voyez...
Et là c’était la cuisine des cochons. Il y a environ 200 ans que c’est comme ça, ça. Là, ce chaudron des cochons, nous y faisions cuire les pommes de terre, là il y avait une autre comporte pour leur diluer les pommes de terre et les cochons étaient dessous, il y avait un entonnoir là et nous les nourrissions comme ça, là. Nous apportions dans cette comporte l’eau, la farine et nous les nourrissions là, là comme ça. Nous apportions l’eau dans cette comporte, la farine et nous les nourrissions là, là comme ça. Et les pommes de terre cuisaient, c’était le chaudron des pommes de terre.
Nous salions le cochon, là. L’hiver, quand l’air gelait dehors, nous le montions avec une civière et nous venions le racler là et nous l’ouvrions dans la maison, parce qu’à l’époque on ne pendait pas les cochons. Nous le mettions là sur de la paille et, avec le coutelas, sur la nuque... J’en ai eu tué assez... Ensuite, ils se mirent à les faire... pour les vider, pendus, empalés. Mais toujours mon défunt père le faisait de toute façon mais nous le faisions sur le plancher, là.
Et ensuite, quand il était... quand le lard était sec, nous l’avions ici. Ici, c’était la viande, de l’autre côté.
Vous m’aurez bien... Je vous aurai faussé l’appareil, vous verrez !
Ils suspendaient ça, là le lard. Il y avait d’autres... les quatre pièces de lard parce qu’ils tuaient... Nous ne payions pas de tueur... Mon défunt père disait qu’il en avait eu tué trois pour nous mais enfin nous en tuions deux chaque année, là. Et maintenant il y a les conserves par là qui sont plus au frais qu’à la maison neuve, et tout ça traîne.
Là, il y avait dans cette armoire un tiroir secret. Pour l’ouvrir il n’y a pas de palastre ni rien et ne l’ouvraient pas ceux qui voulaient. Dedans il y avait une bascule qui calait là de ce côté et il fallait attraper le tiroir, foutre un bon coup de poing dessus et, quand la bascule..., avec un bon coup de poing, la bascule baissait et vous tiriez tout de suite. C’était la serrure de l’époque.
Là il y avait un lit, là il y en avait un autre et ici il y en avait un autre. Il y avait trois lits dans cette chambre. Ensuite, il y avait une autre chambre là-bas et une autre chambre là derrière, là.
Nous dépouillions les épis de maïs là, pendant les veillées. On s’entendait. Nous foutions une charretée ou deux d’épis de maïs là, et nous le disions aux voisins et un soir, là, on dînait un peu plus tôt et ils venaient veiller jusqu’à minuit, là, pour dépouiller du maïs. Et quand nous l’avions dépouillé, nous le pendions, là. Et ensuite les femmes avaient fait un petit gâteau, un truc, quelques verres de vin, un gâteau, et ils s’en allaient. Il leur était arrivé de venir en voiture pour dépouiller des épis là, de Pradials.
Ça, c’est ce que je fais l’hiver, je fais des paniers, je fais des corbeilles, je fais des sébiles, je fais des... je tresse des chaises par là. Pour tresser les chaises on a les carex, là.
Là c’est le chanvre broyé, vous voyez. Le chanvre, ils faisaient ainsi pour le broyer.
C’était pour commencer à le dégrossir parce que c’était dur à débiter ça. Et il faut qu’il ne reste que ça, là, vous voyez, ces fils. Et, quand il était bien peigné, ils en faisaient un truc là sur une quenouille et ils filaient. Et là le fuseau, comme ça. Et il était peigné, quand il était bien broyé... Là il était peigné. Là, ça ça enlevait... Toute la saloperie restait là. Du chanvre, il y en a en bas au hangar un demi-char.
J’ai vu faire la toile, moi, ici chez mon pépé. À la maison de ma mère, au Ram, eh bien mon pépé y faisait la toile. Là ils le tassaient, la chaîne et la trame, il passait les navettes, le fil en travers. Je l’ai vu faire, moi, ça, j’étais... J’avais douze ans, dix ans.
Et là oui pour faire ou des corbeilles, ou des sébiles...
Je leur ai tout conservé, tout, je ne leur ai pas vendu une brouette. Ils feront comme ils voudront. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...