Las castanhas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En Rouergue, les terrains cristallins de moyenne altitude, comme les ségalas de granit (barena) ou de schiste (sistre) et les rougiers étaient propices au castanhièr, arbre à pain du pauvre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAOUL ROUMIGUIÈRE

né en 1905 au Barri Haut de Viviez.

Transcription

Occitan
Français
« Se ramassava bèlcòp de castanhas e vendiam las castanhas atanben, enfin quoi, un bocin de vin, enfin…
Li aviá de monde qu'embarcavan. Li aviá dos embarcaires aicí. Las castanhas podián partir, sai pas end anavan, ieu… Se(g)urament, benlèu a París o dins una fabrica de…
Las caliá triar alèra totas las castanhas pichonas demoravan. Las metiam al plancat e, aquò d'aquí, aquò èra per engraissar los pòrcs, parce qu'alèra totes los ostals tuavan un pòrc. E los qu'èran nombroses mème coma al molin, amont, que avián lo farinèl e tot aquò, e ben ne tuavan dos, pòrcs.
Li aviá una castanha que se pagava mai, la rossèla, l'apelavan la toniva, aquela castanha. Ara n'i aviá maitas mès la castanha negra, aquí, e ben la pagavan pas tant. D'alhurs lo monde aicí grefavan los aures, los castanhièrses e fasián pas que bèlcòp de castanhas tonivas, l'apelavan.
Las flaujas servián per grefar los castanhièrses e aquò se grefa per Pascas, quand se pòt tòrcer, que podètz far una caramèla. Alèra caliá far atencion de gardar los uèlhs e aquò se grefa coma lo no(gu)ièr, lo castanhièr. A… l'ai fach, oui. Copatz una meta de l'annada, aquí, enlevatz la palalha doçament, li glissatz la caramèla dedins. Caliá ajure mai d'una dimension, d'après la… Quand l'avètz… Quand es bien facha aquí, que força un bocin, sans la crebar naturalament, alèra fasètz davalar un bocin al-dessús la saba aquí et voilà, lo laissatz aquí. Al cap de quinze jorns l'uèlh comença a volre partir, quand vòlon prene ! Aquò d'aquí se grefa pro bien, mès cal quand mème li portar l'atencion e pièi ne far, aquò's coma de tot !
Aicí, tot lo monde amassava las castanhas e ara los aures an crebat. Li a ajut la malautiá l'ancre qu'apèlan e totes los aures an crebat. E la Vièlha-Montanha un bocin, lo fum de la Vièlha-Montanha, aquò fa que i a pas pus gaire de… An plantat… Dempièi an plantat de sapins o d'aures blancs qu'apèlan aquí. »
Les châtaignes
« On ramassait beaucoup de châtaignes et nous vendions les châtaignes aussi, enfin quoi, un peu de vin, enfin...
Il y avait des gens qui expédiaient. Il y avait deux expéditeurs ici. Les châtaignes pouvaient partir, je ne sais pas où elles allaient, moi... Sûrement, peut-être à Paris ou dans une fabrique de...
Il fallait les trier alors toutes les châtaignes petites restaient. Nous les mettions au grenier et, celles-là, c’était pour engraisser les cochons, parce qu’alors toutes les maisons tuaient un cochon. Et ceux qui étaient nombreux même comme au moulin, là-haut, où ils avaient les résidus de farine et tout ça, eh bien ils en tuaient deux, cochons.
Il y avait une châtaigne qui se payait plus, la rousse, ils l’appelaient la toniva, cette châtaigne. Maintenant il y en avait d’autres mais la châtaigne noire, là, eh bien ils ne la payaient pas tant. D’ailleurs les gens ici greffaient les arbres, les châtaigniers et ils ne ils faisaient beaucoup de châtaignes tonivas, comme ils l’appelaient.
Les pousses de l’année servaient pour greffer les châtaigniers et on les greffe pour Pâques, quand il peut se tordre, que vous pouvez faire un sifflet. Alors il fallait faire attention de garder les yeux et ça se greffe comme le noyer, le châtaignier. Ah... je l’ai fait, oui. Vous coupez une pousse de l’année, là, vous enlevez l’écorce doucement, vous glissez le sifflet dedans. Il fallait avoir plusieurs dimensions, d’après la... Quand vous l’avez... Quand elle est bien faite là, qu’elle force un peu, sans la crever naturellement, alors vous faites descendre un peu au-dessus la sève et voilà, vous le laissez là. Au bout de quinze jours l’œil commence à vouloir partir, quand ils veulent prendre ! Ça se greffe assez bien, mais il faut quand même lui porter de l’attention et puis en faire, c’est comme tout !
Ici, tout le monde ramassait les châtaignes et maintenant les arbres ont crevé. Il y a eu la maladie de l’encre comme ils l’appellent et tous les arbres ont crevé. Et la Vieille-Montagne un peu, la fumée de la Vieille-Montagne, ça fait qu’il n’y a plus beaucoup de... Ils ont planté... Depuis ils ont planté des sapins ou des arbres blancs comme ils les appellent, là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...