Homme mettant aux enchères (cridada, enquant) une bouteille et un gâteau pour la Poule un (Pola un), novembre 1987

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Homme mettant aux enchères (cridada, enquant) une bouteille et un gâteau pour la Poule un (Pola un), novembre 1987

Rémi Ladet

La vente aux enchères (cridada, enquant) de denrées offertes par les paroissiens, afin de payer des messes pour le repos des âmes du Purgatoire (las armas de l’Espercatòri), s’est maintenue jusqu’à nos jours dans certaines paroisses de la vallée d’Olt : Castelnau de Mandailles (Castèlnòu de Mandalhas), Sainte-Eulalie d'Olt (Santa-Aulària d'Òlt), Le Cambon (Lo Cambon), Malescombes (Malascombas), Lassouts (Lassots), Cruéjouls (Cruèjols). Elle avait également lieu en Rouergue occidental et en dans le Ruthénois (Rodanés). Les paroissiens apportaient des châtaignes, des pommes de terre, des noix, de la volaille et toutes sortes de denrées qui étaient entreposées à l’entrée de l’église. Parfois, le curé revendait les apports importants à des marchands, mais souvent les produits étaient revendus aux enchères aux paroissiens eux-mêmes.
A Sainte-Eulalie d'Olt (Santa-Aulària d'Òlt), la tradition veut que les enchères soient ouvertes par la mise à l’encan (enquant) d’une poule au cri de : « La pola un ! La pola dos !… »
Sur le canton de Marcillac (Marcilhac), on quêtait le vin destiné à la vente pour les âmes du Purgatoire à l’aide d’une outre (oire).

Santa-Aulària d'Òlt, novembre de 1987

Photo

Homme mettant aux enchères (cridada, enquant) une bouteille et un gâteau pour la Poule un (Pola un), novembre 1987
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...