Lo masuc e la sot

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Les premiers masucs étaient de section rectangulaire, construits dans des trous et recouverts au moyen de poutres de hêtre (fau) soutenant des mottes de pelouse retournées. Une ouverture unique se trouvait au centre du pignon opposé au talus.

À partir du XVIIe siècle et surtout après la Révolution, les masucs seront bâtis tels qu’ils nous apparaissent aujourd’hui.

Le confort y était rudimentaire. Les hommes dormaient à l’étage, al trave.

On montait des porcelets (lachins, porcelons) au masuc pour les engraisser avec de la farine et le petit-lait issu de la fabrication du beurre, d’où la présence d'un autre bâtiment près du masuc : la sot.

Ethnotexte

PIERRE NIEL

né en 1932 à Aulos de Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« Lo masuc èra bèl suivant l’importença de la montanha. I aviá la cava pel fromatge e la peça pels òmes e pièi i aviá la sot pels porcelons.
De còps, aquò se teniá mès, sovent, aquò èra un bocin pus luènh. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...