Les farçons

Collecté en 2000 Sur les Communes de St-Amans-des-Cots, St-Hippolyte Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Marinette nous présente sa recette des farçous (farçons) : blettes, persil, ciboulette, œufs, lait, farine, sel et poivre. Les farçons sont ensuite déposés dans une poêle afin qu'ils rissolent dans de l'huile (òli, nom masculin en occitan). Faute de blette, on utilisait de l'oseille sauvage (lenga de buòu, ro(s)èrgue) ou de jeunes orties (ortigas). Avec cette farce, on pouvait préparer un picaucèl en ajoutant des prunes sèches.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARINETTE (MARIE-LOUISE) BOSC

née Lafon en 1929 à Izaguette de Saint-Hippolyte.

Transcription

Occitan
Français
« Cau començar de talhar las bledes, lo persilh, la ciboleta. Aprèssa, o metètz aquí dins la gauda e i metètz dels uòus, de lach, de la farina, i metètz de sau e i metètz bravament de pebre parce que aquò estimula lo monde !
E quand ai bien amalgada la pasta, metèm aquí de l'òli dins la padena e lo fasèm caufar.
A Isa(gu)eta, fasiam aquò. E, la prima… Èrem pas tan riches coma vesètz uèi. Uèi sèm pas riches mès quauques còps aviam pas prossa blede e i metiam de la lenga de buòu, qu'aquò s'apèla, aquò's de ro(s)èrgue. Alara metiam un bocin… e quauques còps un pichòt planponhet d'orti(g)as apr'aquí bien tendras. Aquò fasiá una verdura, qu'aquò anava. E èran bons, n'avèm pas jamai manjats de pareils !
Ara, i mete pas mau d'uòus que, a l'epòca… Las polas, uèi, las fasèm pòndre mès dins lo temps caliá esperar que sia(gu)èsson decidadas. Aquò's vertat, aquò !
Per fenar, l'estiu, sovent, per manjar pel prat al quatre oras, al despartin. E aquò se manjava… O alara aprèssa quauques còps, amb aquela farça… amb aquela farça fasiái un brave picaucèl, un brave farç, aquí, aquò teniá l'apetís, paure monde ! E i metiam pas tròpa de graissa ! »
Les farçous
« Il faut commencer de hacher les bettes, le persil, la ciboulette. Ensuite, vous mettez ça dans le plat et vous y mettez des œufs, du lait, de la farine, vous y mettez du sel et beaucoup de poivre parce que ça stimule les gens !
Quand j’ai bien amalgamé la pâte, on met de l’huile dans la poêle et on la fait chauffer.
À Izaguette, nous faisions ça. Et, au printemps... Nous n’étions pas si riches que ce que vous voyez aujourd’hui. Aujourd’hui nous ne sommes pas riches mais parfois nous n’avions pas assez de bette et nous y mettions de la parelle. Alors, nous mettions un peu... et quelquefois une petite poignée d’orties bien tendres. Ça faisait une verdure qui allait bien. Et ils étaient bons, nous n’en avons jamais mangé de pareils !
Maintenant, j’y mets pas mal d’œufs parce que, à l’époque... Les poules, aujourd’hui, on les fait pondre, mais dans le temps il fallait attendre qu’elles soient décidées. C’est vrai, ça !
Pour les foins, l’été, souvent, pour manger dans le pré pour le goûter. Et ça se mangeait… Ou alors ensuite, quelquefois, avec cette farce... avec cette farce je faisais un beau picaucèl, un beau farci, là, ça tenait l’appétit, mon pauvre ! Et nous n’y mettions pas trop de graisse ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...