Desnogalhar, l'òli de nose e de còlza

Collecté en 1992 par IOA Sur la Commune de Quins Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant longtemps la noix a fourni au Rouergue l’essentiel de l’huile (òli) qui était utilisée pour la cuisine en temps de Carême ou pour l’éclairage dans les lampes à huile (calelhs).

La plupart des moulins possédaient un ase, pilon ou vertelh pour écraser les noix.

On organisait des veillées pour décortiquer les noix (desnogalhar).

En occitan, le mot òli est masculin.

Ethnotexte

MARIE BÉTEILLE

née Cazals en 1909 à Lugan de Quins.

Transcription

Occitan
Français
« Soi estada per desno(g)alhar las noses. Un tustava e los autres desno(g)alhavan.
Per far l'òli, ieu anavi mai que mai a cò de l'oncle, a Verdun.
Èra una mòla que tornicava.
I aviá tanben lo molin de Mercadièr.
Ambe l'òli de nose, fasiam l'ensalada. Conservavan aquò dins de botelhas, dins de bombonas.
Un d'aquí, quand anava a l'escòla, preniá la grana de còlza, lo matin, l'anava portar al molin de Bessa, tantes de quilòs. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...