Lo fornet per la bolhida dels pòrcs

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Pradinas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les propriétaires de truies (truèjas, mauras) vendaient les porcelets (porcèls, tessons) sur les foires à ceux qui souhaitaient en engraisser. Ils conservaient ce qui leur était nécessaire pour leur consommation et pour renouveler la truie que l’on tuait. On vendait également des porcs gras. 

Jadis, il fallait des porcs très gras car la chair était plus savoureuse, le lard était utilisé pour la soupe et la graisse remplaçait l’huile dans la cuisine. On les engraissait avec des bouillies, des raves, des pommes de terre (patanons), des châtaignes (castanhas), de la farine et toutes sortes de verdures.

Ethnotexte

YVONNE CHINCHOLLE

née Tournier en 1919 à Pradinas.

Transcription

Occitan
Français

« N’aviam una dotzena e pièi n’aviam maites que venián après, per l’annada d’après. Tot l’estiu anàvem gardar de pòrcs. Pièi, lor fasiam còire las fuèlhas de bledas, las bledas atanben. Aviam un fornet. Aquò èra la bolhida dels pòrcs quand los engraissàvem. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...