Los rits a l'aste e al flambador

Collecté en 1997 Sur la Commune de Prades de Salars Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'aste est le tourne broche et le flambador le capucin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Gabriel CLUZEL

né en 1938 à Prades de Salars.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra, pareis que flambavan las lèbres. Es vertat aquò ?
– Ah oui, chez nous oui !
– Las lèbres, las caliá manjar plan sangnenta alara las fasián còire amb un jornal e pièi las flambavan.
– La fasèm còire un briat mai qu'aquò…
– Mès, per plan las flambar cal un brave lard e dos còps, plan rance.
– Cal que sia(gu)èsse un pauc rance.
– Oèi, oèi, dona mai de gost.
– Fasiatz ambe de lard, pas ambe de saïn…
– Non, non, de lard, de lard. Lo saïn, ne fasèm la sopa. Oèi, oèi, ne fasèm la sopa aquí e l’ivèrn quand fa plan freg aquí manjam una bona assietada de sopa amb un tròç de saïn, aquí, vo'n fasètz pas, pièi podètz anar delargar !
Quand vesi totas aquelas machinas, aquí, m'impressionan, aquò sembla de mitralhusas…
– Fa partir lo canard !
– Fa partir lo canard, òc !
Òida mès sabètz que lo prumièr còp que los fa(gu)èri còire aquí, aquò èra pas de canards, aquò èra de pintas, e ben sabètz que son lèu cuèchas las pintas ! Quand m'entrachèri, macarèl, èra ora qu'arribèssi, demorava pas que los fèrres ! Amb aquela puta de fuòc, aquí, sabètz que…
Sabètz que pesan, las putas !
Sabètz que n’an borrat de milh e beguda d’aiga. Se carran aval dins lo presquièr mès que aquela puta de rainald, miladiu, sabetz que quand passa, los a puslèu tapats que nautres, sabètz… »
Les canards à la broche
« Autrefois, il paraît qu’ils flambaient les lièvres. C’est vrai ça ?
– Ah oui, chez nous oui !
– Les lièvres, il fallait les manger bien saignant alors ils les faisaient cuire avec un journal et puis ils les flambaient.
– Nous le faisons cuire un peu plus que ça...
– Mais, pour bien les flamber il faut un gros lard et deux fois, bien rance.
– Il faut qu’il soit un peu rance.
– Oui, oui, ça donne plus de goût.
– Vous faisiez avec du lard, pas avec du saindoux...
– Non, non, du lard, du lard. Le saindoux, nous en faisons la soupe. Oui, oui, nous en faisons la soupe et l’hiver, quand il fait très froid, nous mangeons une bonne assiette de soupe avec un peu de saindoux, là, ne vous en faites pas, ensuite vous pouvez aller sortir les bêtes !
Quand je vois toutes ces machines, là, elles m’impressionnent, ça ressemble à des mitrailleuses...
– Ça fait partir le canard !
– Ça fait partir le canard, oui !
Oui mais vous savez que la première fois que je les fis cuire là, ce n’était pas des canards, c’était des pintades, eh bien vous savez que les pintades sont vite cuites ! Quand je m’en aperçus, macarel, il était temps que j’arrive, il ne restait que les fers ! Avec ce satané feu, là, vous savez que...
Vous savez qu’ils pèsent, les salauds !
Vous savez qu’ils en ont mangé du maïs et bu de l’eau. Ils se plaisent là-bas dans la mare mais ce satané renard, mille dieux, vous savez que quand il passe, il les a plus vite attrapés que nous, vous savez... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...