Lo molin de La Torre (Pomairòls)

Collecté en 1997 Sur les Communes de Palmas, Pomayrols Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jadis, c'était le meunier qui allait dans les fermes pour récupérer le grain à moudre, à dos de mulets ou de mules (muòls, muòlas), et qui livrait ensuite la farine. Plus tard, on apporta son grain au moulin et on attendait généralement la fin de la mouture pour reprendre sa farine.

Autrefois, les meuniers (molinièrs) étaient payés en nature. Ils prélevaient une partie du grain, le son ou une part de la mouture : la moldura. Leur réputation n'était pas des meilleures.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ BOUSQUET

né en 1931 au moulin de La Tourre de Pomayrols, décédé en 2018.

Transcription

Occitan
Français
« E alara, sètz estat molinièr ?
– A ben, molinièr o païsan. Sabètz que trabalhàvem pas gaire…
Ara fasèm pas que pel bestial. E ben los païsans portavan lo blat que recoltavan, lo fasián mòldre e fasián lo pan. Ne portavan pel bestial atanben, per mòldre pels pòrcs. Ara, fasèm pas que per las vacas, lo bestial gròs.
E ben metiam lo blat dins la tremièja, dessús e, quand lo molin tornejava, bolegava la caçòla. Aquò fasiá davalar lo blat. Pièi lo reglàvem per far fin o gròs, coma caliá, ambe lo vitz que montàvem. I a una caissa per amassar la farina e pièi ensacam. Dins lo temps, quand fasiam per far lo pan, i aviá un mònta-farina. Montavan la farina en nalt, rajava dins lo passaire e la passavan. Pièi la fasiam tornar davalar en bas per ensacar.
I aviá tres menas de farina : la flor, la moièna, sai pas cossí s'apèla, la repassa e pièi lo bren, lo bren pel bestial. La repassa, los païsans la prenián per enfarinar las palhassas ont metián lo pan, la pasta.
De mon epòca, pagavan en argent mès, al debut que lo pèra trabalhava, pagavan en blat. Alara, per avure l'argent, caliá que se desbrolhèsse per tornar vendre lo blat.
Quand mon paire comencèt de trabalhar, quand venguèt de la guèrra de 14, aviá tres muòlas e, amb aquelas muòlas, anava quèrre lo blat dins las bòrias, dins los ostals e lo moliá. Quand aviá facha la farina, l'anava tornar portar. A-n-aquela epòca, per cent cinquanta quilòs de blat, li balhavan un calitre de blat. Uèi, aquò fariá tretze francs los cent cinquanta quilòs… »
Le moulin de La Tourre (Pomayrols)
« Alors, vous avez été meunier ?
– Eh bien, meunier ou paysan. Vous savez que nous ne travaillions pas beaucoup...
Maintenant nous ne travaillons que pour les bêtes. Eh bien, les paysans portaient le blé qu’ils récoltaient, ils le faisaient moudre et puis ils faisaient le pain. Ils en portaient pour les bêtes aussi, à moudre pour les cochons. Maintenant, nous ne travaillons que pour les vaches, le gros bétail.
Eh bien, nous mettions le blé dans la trémie, dessus et, quand le moulin tournait, il remuait l’auget. Ça faisait descendre le blé. Puis nous le réglions pour moudre fin ou gros, comme il fallait, avec la vis que nous montions. Il y a une caisse pour recueillir la farine et puis nous ensachons. Dans le temps, quand nous moulions pour le pain, il y avait un monte-farine. Il montait la farine en haut, elle coulait dans le blutoir et ils la blutaient. Puis nous la faisions redescendre en bas pour l’ensacher.
Il y avait trois sortes de farine : la fleur, la moyenne, je ne sais pas comment elle s’appelle, la repasse, et puis le son pour les bêtes. La repasse, les paysans la prenaient pour enfariner les corbeilles en paille où ils mettaient le pain, la pâte.
À mon époque, ils payaient en argent mais, au début de la carrière de mon père, ils payaient en blé. Alors, pour avoir de l’argent, il fallait qu’il se débrouille pour revendre le blé.
Quand mon père a commencé à travailler, quand il est revenu de la Guerre de 14, il avait trois mules et, avec ces mules, il allait chercher le blé dans les fermes, dans les maisons et il le moulait. Quand il avait fait la farine, il allait la rapporter. À cette époque, pour cent cinquante kilos de blé, ils lui donnaient une mesure de blé. Aujourd’hui, ça ferait treize francs les cent cinquante kilos... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...