Vue générale du vallon (valon) et du village (vilatge), décembre 1994

Sur la Commune de Nant Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vue générale du vallon (valon) et du village (vilatge), décembre 1994

L’œuvre littéraire de Pierre Guérin de Nant est la seule qui nous soit connue pour le XVIIe siècle. Elle comporte, entre autres, la Description de la ville et du vallon de Nant en vers, dont voici un extrait :

« D’aqueles tres grands piògs qu’ieu vene de n’escriure

En la naivetat que ieu n’ai degut dire,
Se vei nòstre valon que ten tot un país,
Ambe tant de beutats que l’uòlh se’n ebloís.
D’amont l’òm vei pertot l’aiga que serpenteja,
L’òm vei l’èrba dels prats que de pertot verdeja,
E l’estrada sustot farcida de noguièrs,
Larges, verds e ramats, nauts coma de cloquièrs,
L’òm los vei agitar quand lo vent los maneja,
L’òm i vei, dins un mot, la beutat que fadeja.
Dins lo valon avèm, per la gràcia de Dieu,
De frucha per l’ivèrn e d’autra per l’estiu. (...)
Enfin vos balhe Nant per un sejorn urós,
Que se quauque estequit, quant siè pas salutós,
Que siè fèble de nèrfs, tot pallàs e tot magre,
O ben quauque gamat, vengue aicí cambiar d’aire,
Vòle morir d’abòrd, se çai demòra un an,
Qu'òm siè gras coma un pòrc quand a manjat d’agland. »
(Extrait restitué en graphie normalisée)

« De ces trois grands sommets que je viens de décrire,

On voit notre vallon qui tient tout un pays,

Avec tant de beautés que l’œil en est ébloui.

De là-haut, on voit partout l’eau qui serpente,

On voit l’herbe des prés qui partout verdoie,

Et la route surtout ombragée de noyers,

Larges, verts et rameux, haut comme des clochers,

On les voit s’agiter quand le vent les secoue,

On y voit, en un mot, une beauté qui enchante.

Par la grâce de Dieu, nous avons dans le vallon,

Des fruits pour l’hiver et d’autres pour l’été. (...)

Enfin, je vous donne Nant pour un séjour heureux,

Que si quelque rachitique qui manque de santé,

Qui soit faible de nerfs, tout pâle et tout maigre,

Ou quelque poitrine tarée, vienne ici changer d’air,

Que je meure de suite, pourvu qu’il reste un an,

S’il n’est gras comme un pourceau quand il a mangé du gland. » (Traduction d’Henri Mouly)

Photo

Vue générale du vallon (valon) et du village (vilatge), décembre 1994
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...