Lo talhièr de Marmont

Collecté en 2000 Sur les Communes de Morlhon-le-Haut, St-Salvadou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le linge était en général produit sur place avec la laine des brebis (lana de las fedas), ou avec des fibres végétales : le chanvre (cambi, cambe) et le lin.

Il y avait des ateliers de tisserand (teissedre, teisseire, teissièr) dans presque tous les villages.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FIRMIN GARRIGUES

né en 1905 au Puech de Marmont de Morlhon.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá de mestièrs de totas las menas. Sabi que a Marmont, alai, quand anàvem a l'escòla, i aviá un tipe aquí que fasiá la tela. I aviá pas que… coma la mitat d'aquel carrèu aquí… Èra a la cava, lo talhièr, comprenètz. Sabi que quand sortiam de l'escòla, coma aquò, se entendiam lo talhièr, anàvem davant aquela puta de carrèu, aquí, e nos engulava, que li copàvem… Li vesiá pas pus !
Nos disiá :
“E, di(g)a, mès se volètz me veire, passatz per la pòrta e veiretz ben cossí fau.”
Ambe los pès fasiá coma aquò aital. Aquel esclopon, aquí, sabètz que caminava aquí dejost. E pèi per sarrar lo fial. »
Le métier à tisser de Marmont
« Il y avait des métiers de toutes sortes. Je sais qu’à Marmont, là-bas, quand nous allions à l’école, il y avait un type là qui faisait la toile. Il n’y avait que... comme la moitié de ce carreau là... Le métier à tisser était à la cave, vous comprenez. Je sais que quand nous sortions de l’école, comme ça, si nous entendions le métier à tisser, nous allions devant ce carreau, là, et il nous engueulait, parce que nous lui coupions... Il n’y voyait plus !
Il nous disait :
“Eh, dis, mais si vous voulez me voir, passez par la porte et vous verrez bien comment je fais.”
Avec les pieds il faisait comme ça. Cette navette, là, vous savez qu’elle cheminait là-dessous. Et puis pour serrer le fil. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...