Las castanhas

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Morlhon-le-Haut, St-Salvadou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En Rouergue, les terrains cristallins de moyenne altitude, comme les ségalas de granit (barena) ou de schiste (sistre) et les rougiers étaient propices au castanhièr, arbre à pain du pauvre.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FIRMIN GARRIGUES

né en 1905 au Puech de Marmont de Morlhon.

Transcription

Occitan
Français
« Principalament i aviá la ravassòga (?) que n'amassavan mai que mai per vendre, d'aquela, apèissa i aviá las vertualas e maitas… Cossí l'apelàvem ? De pindolairas. Las pindolairas, qun pelon que sia(gu)èsse, totjorn n'i aviá tres. Quand èran prèstas a tombar un pauc coma aquò, se l'autan s'amodava, lo vent del Miègjorn, te fotiá totes los pelons per tèrra. Alèra n'i aviá qu'èran maduras, se vòls, mès èran dins lo pelon. Aquò fa que facilament de còps ne fasiam un mont, al castanhièr que i èran. Quand avián carpat un pauc, qu'aviá plògut, dins quinze jorns o un mes après apèissa, ambe lo rastèl, las tustàvetz e sortián un pauc. »
Les châtaignes
« Il y avait principalement la ravassogue (?) qu’ils ramassaient surtout pour vendre, celle-là, ensuite il y avait les vertuales et d’autres... Comment l’appelions-nous ? Des pindoulayres. Les pindoulayres, comment qu’ait été la bogue, il y en avait toujours trois. Quand elles étaient prêtes à tomber un peu comme ça, si l’autan s’amenait, le vent du Midi, il te foutait toutes les bogues par terre. Alors il y en avait qui étaient mûres, si tu veux, mais elles étaient dans la bogue. Ça fait que facilement parfois nous en faisions un tas, sous le châtaignier. Quand elles avaient un peu muri, qu’il avait plu, quinze jours ou un mois après ensuite, avec le râteau, vous les frappiez et elles sortaient un peu. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...