J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent en estive sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Les éleveurs qui mettaient des couples vache-veau à l’estive étaient rémunérés en fromage par le propriétaire de la montanha.

Le nombre de buronniers (montanhièrs) employés dans un masuc dépendait du nombre de vaches à traire. L'équipe type des montanhièrs était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Pour la transhumance (montada de la vacada), les vaches sont encore ornées de colliers avec esquilas ou clapas. On réserve les clapas aux meilleures vaches. On orne aussi les bêtes d’un drapeau, d’un bouquet de genêts (ginèsses) ou de houx (grifolh), d’un genévrier (cade), d’une queue de cheval…

La traite avait lieu deux fois par jour au parc (pargue) qui servait à séparer les vaches des veaux et que l'on déplaçait pour amender (fumar) un maximum de terre. L'espace amendé était appelé fumada ou pargada.

On montait aussi des porcelets (lachins, porcelons, procanhons) au masuc pour les engraisser avec le petit-lait (gaspa, mèrgue), d’où la présence d'un autre bâtiment près du masuc, la sot. C’était généralement le pastre qui s’occupait des cochons.

Pour améliorer le quotidien, les montanhièrs attrapaient des truites (trochas) dans les ruisseaux de la montanha. Parfois, ils organisaient même una tarida : ils déviaient le cours d’un petit ruisseau pour attraper les truites à la main.

De temps en temps, les montanhièrs préparaient une cuècha (l’aligot) ou un picaucèl appelé aussi trufada ou retortilhat.

Le mari de Marguerite était le cantalés, c'est-à-dire le responsable, du masuc appartenant à Germaine Gros d'Aubrac (Chez Germaine).

On notera que le nom de Manson (entre Palmas et Coussergues) est une mauvaise francisation de Amançon (“Amansou”) qui veut dire petit Amans.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARGUERITE VIGOUROUX

née Fabry en 1925 à Palmas, décédée en 2018.

Transcription

Occitan
Français
« Mon òme, aquò èra lo cantalés de Madame Germaine Gros d'Aubrac.
Montava lo 25 de mai a la montanha ambe las vacadas que el causissiá, e los vedèls naturelament.
Arribava a la montanha, aviá sos òmes. Los aviá lo(g)ats per l'estiva e se metián al trabalh. Aquò's el que lo(g)ava los òmes. Oui, oui, oui, lo(g)ava los òmes. Vos dirai end los trobava : anava per las fièiras e los trobava atal o alara en coneissença. Cercava los òmes. Alors : lo pastre, lo vedelièr e lo rol. D'acòrdi ? Se volián tornar, preniá los mèmes mès se volián pas tornar o que i agèsse quicòm, ne cambiava. Et voilà. E lor balhava un salari, aquò èra convengut ambe Madame Gros, ambe la patrona, et voilà. El s'ocupava de tot.
Tota sa vida o a fach. A nòu ans èra lo(g)at a las montanhas. Son paire, e ben l'aviá lo(g)at a nòu ans. Èra rol. De rol passèt vedelièr, pièi passèt pastre e pièi passèt cantalés.
Voilà,mès sabètz que trimavan… Trimavan bravament.
A trabalhat a cò de Bosquet a-z-Amançon pendent una quinzena d'annadas e a trabalhat a cò de Mossur Pierre Bobal de Zenièiras un autre quinzena o dòtz-a-uèch ans, a pus près.
Son paire èra estat cantalés dins las montanhas, ah oui ! Mès lo lo(gu)èt de bona ora per de que èran tròp de familha e, automaticament, caliá ganhar la vida. Aquò èra pas coma ara, èran pas gastats. A conescut tot. Sabètz que es pas estat tojorn bien urós.
De qué volètz ? A fòrça de trabalhar e tot, passèt cantalés e alara agèt la responsabilitat de far lo fromatge e tot. Una dròla de responsabilitat ! Mès quand mèmes, mai d'un còp, al concors de Laguiòla, a avut lo premièr e lo segond prètz. Quand parlavan del cantalés de Madame Gros, e ben parlavan d'un òme que aviá trabalhat e que coneissiá son trabalh.
El montava sa vacada, aquela qu'aviá sonhada l'ivèrn. E, quand arribava amont, los patrons de las vacas, las vacas qu'aviá causidas, las vacas qu'aviá cercadas, e ben arribavan a la montanha. Aquò fasiá qu'entre tot i aviá a pus près una centena de vacas, e los vedèls bien entendu.
E ben la montada, el, a l'estable, lo matin de bona ora, aviá las clapas de prèstas e las lor metiá. E d'aquí lor fasiá de rubans, lor fasiá de cocardas e las lor metiá.
A quatre oras del matin, atacavanet allez, se'n anavan a la montanha. Mès fasián una pausa, caliá ben que mangèsson en rota ! Fasián una pausa, manjavan, anavan dapasset e arribavan a la montanha.
E, quand arribavan amont, enlevavan tot, las guirlandas, las campanas e tot, e preparavan lo masuc. Aquò fa qu'aviá tota la responsabilitat. Mès rapelatz-vos d'una que se metiá a l'obratge e… al trabalh !
Parlavan patoès.
Alara vos dise pas lo trabalh qu'avián en arribent ! Caliá començar d'anar cercar d'estèlas per alucar lo fuòc. E, quand avián bien alucat lo fuòc e tot, caliá pensar a veire… Un pauc arrenjar tot, enlevar las esquilas de las vacas bien se(g)ur…
Las vacas, las fasián partir per la montanha ambe los vedèls e, lo lendeman, plantavan lo pargue. E alara aquí començavan la molza. D'acòrdi ?

Tuàvem un pòrc a l'ostal, ne partejàvem la mitat e lo preniá a la montanha per noirir los òmes. Caliá que mangèsson cada jorn. Lo metiam dins de bocals, nos arrenjàvem. Los cambajons, los metiam a la sal e se conservavan. E pièi los preniá a la montanha. Ieu li preparave la salsissa dins una topina e i metiái d'òli dedins.

Al masuc, avián de pòrcs mès lor balhavan lo pichon-lach. Aquelses pòrcs, après, sai pas cossí aquò marchava al juste, vos pòde pas tot explicar mès los vendián, après, a la fin. Oui, oui.

Avián de polas, avián de polets, avián de canards e ne tuavan tot còp. L'estiu es lòng. Èran quatre a manjar cada jorn. La prima, crompavan de pichòta volalha e l'elevavan entre pauc e mens ambe un o l'altre. Los païsans lor montavan un pauc de gran e alara se carravan, pièi avián de volalha per manjar. Comprenètz ?

Aquò's lo vedelièr que s'ocupava del repais e ieu, quand i montave, lo fasiái. Mès que, totjorn parelh, i montave pas talament sovent… Mès, lo dimenge, quand i montave ambe lo fraire, preniái un caul farcit bien sovent. Aimavan aquò ! Amont ne podián pas far !
I anava mès que las atrapava ambe las mans. Anava a la pesca atal mès que… Las atapava e èra fièr quand arribava ambe de trochas ! I aviá de pichons rius e i anavan. E se descalçavan, quitavan las bòtas, i anavan atal.

A ben o pense ben ! La cuècha la fasiá a la montanha. Quantes de còps, a la montanha, amont, fasiá la cuècha ! I aviá de monde e aquò èra tant l'assièta. E s'entendiá ambe Madame Gros. Aquò èra tant l'assièta. E a Paumàs, per dessús lo mercat, quand davalèt de la montanha, que arrestèt la montanha, cada an fasiá l'aligòt, la cuècha. E cresètz-me que i aviá de monde ! Aviá un renom formidable ! Una annada, fasquèrem quatre cents cobèrts. E vos pòde dire que tot lo monde aimava l'aligòt, la cuècha se volètz. »
La transhumance
« Mon mari, c'était le cantalés de Madame Germaine Gros d'Aubrac.
Il montait le 25 mai à la montagne avec les troupeaux de vaches qu'il choisissait, et les veaux naturellement.
Il arrivait à la montagne, il avait ses hommes. Il les avait loués pour l'estive et ils se mettaient au travail. C'est lui qui louait les hommes. Oui, oui, oui, il louait les hommes. Je vous dirai où il les trouvait : il allait dans les foires et il les trouvait ainsi ou alors par connaissance. Il cherchait les hommes. Alors : le pastre, le vedelièr et le rol. D'accord ? S'ils voulaient revenir, il prenait les mêmes mais s'ils ne voulaient pas revenir ou qu'il y ait quelque chose, il en changeait. Et voilà. Et il leur donnait un salaire, c'était convenu avec Madame Gros, avec la patronne, et voilà. Lui il s'occupait de tout.
Il l'a fait toute sa vie. À neuf ans il était loué dans les montagnes. Son père, eh bien il l'avait loué à neuf ans. Il était rol.De rol il devint vedelièr, puis il devint pastre, puis il devint cantalés. Voilà, mais vous savez qu'ils trimaient… Ils trimaient beaucoup.
Il a travaillé chez Bousquet à Manson pendant une quinzaine d'années et il a travaillé chez Monsieur Pierre Boubal de Zénières encore 15 ans ou 18 ans, à peu près.
Son père avait été cantalésdans les montagnes, ah oui ! Mais il le loua de bonne heure parce qu'ils étaient trop nombreux de famille et, automatiquement, il fallait gagner sa vie. Ce n'était pas comme maintenant, ils n'étaient pas gâtés. Il a tout connu. Vous savez qu'il n'a pas toujours été bien heureux.
Que voulez-vous ? À force de travailler et tout, il devint cantalés et alors il eut la responsabilité de faire le fromage et tout. Une drôle de responsabilité ! Mais quand même, plus d'une fois, au concours de Laguiole, il a eu le premier et le second prix. Quand ils parlaient du cantalés de Madame Gros, eh bien ils parlaient d'un homme qui avait travaillé et qui connaissait son travail.
Lui, il montait son troupeau, celui qu'il avait soigné pendant l'hiver. Et, quand il arrivait là-haut, les propriétaires des vaches, les vaches qu'il avait choisies, les vaches qu'il avait cherchées, eh bien ils arrivaient à la montagne. Cela faisait qu'entre tout il y avait à peu près une centaine de vaches, et les veaux bien entendu.
Eh bien la transhumance, lui, à l'étable, le matin de bonne heure, il avait les clapas prêtes et il les leur mettait. Et de là il leur faisait des rubans, il leur faisait des cocardes et il les leur mettait.
À quatre heures du matin, ils attaquaient et allez, ils s'en allaient à la montagne. Mais ils faisaient une pause, il fallait bien qu'ils mangent en route ! Ils faisaient une pause, ils mangeaient, ils allaient doucement et ils arrivaient à la montagne.
Et, quand ils arrivaient là-haut, ils enlevaient tout, les guirlandes, les cloches et tout, et ils préparaient le buron. Ça fait qu'il avait toute la responsabilité. Mais rappelez-vous qu'ils se mettaient à l'ouvrage et… au travail !
Ils parlaient patois.
Alors je ne vous dis pas le travail qu'ils avaient en arrivant ! Il fallait commencer par aller chercher des bouts de bois pour allumer le feu. Et, quand ils avaient bien allumé le feu et tout, il fallait penser à voir… Arranger un peu tout, enlever les cloches aux vaches bien sûr…
Les vaches, ils les faisaient partir dans la montagne avec les veaux et, le lendemain, ils dressaient le parc. Et alors là commençait la traite. D'accord ?

Nous abattions un cochon à la maison, nous le partagions par moitié et il le prenait à la montagne pour nourrir les hommes. Il fallait qu'ils mangent chaque jour. Nous le mettions dans des bocaux, nous nous arrangions. Les jambons, nous les mettions au sel et ils se conservaient. Et puis il les prenait à la montagne. Moi je lui préparais la saucisse dans un pot à graisse et j'y mettais de l'huile dedans.

Au buron, ils avaient des cochons mais ils leur donnaient le petit-lait. Ces cochons, après, je ne sais pas comment cela marchait au juste, je ne peux pas tout vous expliquer mais ils les vendaient, après, à la fin. Oui, oui.

Ils avaient des poules, ils avaient des poulets, ils avaient des canards et ils en tuaient de temps en temps. L'été est long. Ils étaient quatre à manger chaque jour. Au printemps, ils achetaient de la petite volaille et ils l'élevaient plus ou moins avec l'un ou l'autre. Les paysans leur montaient un peu de grain et alors elles se plaisaient, puis ils avaient de la volaille pour manger. Vous comprenez ?

C'est le vedelièr qui s'occupait du repas et moi, quand j'y montais, je le faisais. Mais, toujours pareil, je n'y montais pas tellement souvent… Mais, le dimanche, quand j'y montais avec mon frère, je prenais un chou farci bien souvent. Ils aimaient ça ! Là-haut ils ne pouvaient pas en faire !

Il y allait mais il les attrapait à la main. Il allait à la pêche ainsi mais… Il les attrapait et il était fier quand il arrivait avec des truites ! Il y avait des petits ruisseaux et ils y allaient. Ils se déchaussaient, ils quittaient les bottes, ils y allaient ainsi.

Eh bien je pense bien ! L'aligot il le faisait à la montagne. Combien de fois, à la montagne, là-haut, il faisait l'aligot ! Il y avait du monde et c'était tant l'assiette. Et il s'entendait avec Madame Gros. C'était tant l'assiette. Et à Palmas, par-dessus le marché, quand il descendit de la montagne, qu'il arrêta la montagne, chaque année il faisait l'aligot. Et croyez-moi qu'il y avait du monde ! Il avait un renom formidable ! Une année nous fîmes 400 couverts. Et je peux vous dire que tout le monde aimait l'aligot, la cuècha si vous voulez. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...