Tuar lo pòrc

Collecté en 1992 par IOA Sur la Commune de Meljac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour tuer le cochon ou far masèl, on utilisait les services d'un tuaire ou sangnaire et, pour préparer la charcuterie, les femmes se faisaient aider par une maselièira.

En général, on égorgeait le cochon sur un banc ou sur de la paille, on le nettoyait et on le rasait à l'aide d'un couteau après l'avoir ébouillanté avec une eau frémissante pour éviter de cuire la codena. Selon les endroits, on ouvrait le cochon, après avoir coupé la tête et les pieds soit par le dos (esquina), soit par le ventre.

Lo trinquet ou rastèl de l'esquina est la colonne vertébrale.

Ethnotexte

PAUL BOUSQUET

né en 1932 à Meljac.

Transcription

Occitan
Français
« Nautres, aicí, quand arribam, nos levam lo matin, fasèm bolhir lo fornàs. Agacham que, quand trapam lo pòrc, lo fornàs bolhigue. 
Anèm trapar lo pòrc a l'estable, i estacam una pata de davant, estacam la de darrèr e, après, lo volquèm sus un banc. 
A l'epòca, fasiam sur doas bòtas de palha, de palha li(g)ada amb una premsa a fil de fèr, a l'epòca quand fasiam ambe la batusa. 
Après lo sangnam. 
Après, quand es mòrt, lo bolhissèm, lo rasclam ambe los cotèls. Aicí lo metèm a quatre patas e i copam lo cap e, après, dubrissèm pel rastèl de l'esquina. Aquí l'avián metut a quatre patas, pièi an copat los pès e lo cap. Lo cap, li copan quand es jagut. Tiran lo cap, al còl tiran de carn blanca, i a de carn blanca e un briat de roja per far lo bodin. 
Un còp èra, ne fasián la sopa mès, un còp èra, lo monde avián un estomac... Mès duèi l'aiman pas la sopa amb aqueles uèlhs e tot aquò...
Lo dubrissián sus l'esquina, lo metián plan de biais e tiravan lo trinquet.
Lo trinquet, un còp èra, lo salavan, lo salavan tot entièr. Duèi gardan pas que lo canton de la coeta per metre ambe de favas caninas e, lo rèsta, lo meton als gratons per far de bons gratons. 
Lo bodin, lo fan lo jorn mème, aquí i meton un briat de lach e i foton d'aquela carn blanca per lo far sarrat un bocin. Pièi fan bolhir lo fornàs, lo daissan defregir, meton lo bodin aquí e lo sortisson lo lendeman. Aquel d'aquí es pas coma fan lo galavard.
Lo ser, fasèm pas que netejar las tripas, far lo bodin e estiram la carn per se defregir. Un còp èra, fasiam tot dins lo mème jorn. Duèi o fasèm lo lendeman perque la carn es pus freja, la carn es melhora a copar.
Se metián a copar la carn per far de salsissa. Fasián tot a la man, i aviá pas de machinas. E l'embuc e la cavilha. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...