J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les trèvas sont des revenants qui se manifestaient de diverses manières afin de contraindre des héritiers à faire dire des messes pour le repos de l'âme d'un défunt. Cette croyance était très répandue jusqu'au début du XXe siècle. Des plaisantins pouvaient en jouer. Pour faire cesser ces phénomènes, on faisait appel au curé.

La tradition orale rapporte que les croix implantées dans les campagnes et la sonnerie de l'angélus chassaient les trèvas.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LUCIENNE CARRATIÉ

née Lantuech en 1921 à Pruines.

Transcription

Occitan
Français
« A ben, aquò èra un òme que tuava los pòrcs. Alara, aquel jorn, ne virava que volián tuar lo pòrc que bon matins, èra partit de bon matins ambe la lantèrna. Alara quand sia(gu)èt a l'endefòra de Pruinas, en l'aval un bocin pus bas per un camin, tot d'un còp vegèt arribar una plancha pels pès e quauqu'un li di(gu)èt en mème temps :
“Se venètz de la part de Dius, escrivètz sus aquela pòsse.”
Ma paura, aquel òme agèt una paur tarribla ! Se tornèt sauvar e esperèt, per anar tuar lo pòrc, que sia(gu)èsse jorn !
Quand arribèt a-n-aquel ostal, lo lor contèt e tot aquò sia(gu)èt susprés, di(gu)èt :
“Quala puta es aquò que t'a fach aquò ?”
E pièi o sachèron qual èra aquò qu'o aviá fach. Aquò èra una femna qu'o aviá fach. Sachèron qual o aviá fach. Aquò èra una femna que fasiá paur, coma aquò al monde. »
Les revenants
« Eh bien, c’était un homme qui tuait les cochons. Alors, ce jour, il se trouvait qu’ils voulaient tuer le cochon de bon matin, il était parti de bon matin avec la lanterne. Alors quand il fut en dehors de Pruines, là-bas un peu plus bas dans un chemin, tout à coup il vit arriver une planche dans ses pieds et quelqu’un lui dit en même temps :
“Si vous venez de la part de Dieu, écrivez sur cette planche.”
Ma pauvre, cet homme eut une peur terrible ! Il se sauva et il attendit, pour aller tuer le cochon, qu’il soit jour !
Quand il arriva à cette maison, il le leur raconta et ils furent tous surpris, il dit :
“Quel est le salop qui t’a fait ça ?”
Et puis, ils surent qui c’était qui l’avait fait. C’était une femme qui l’avait fait. Ils surent qui l’avait fait. C’était une femme qui faisait peur, comme ça aux gens. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...