Vue générale depuis un passage souterrain, décembre 1999

Collecté en 1999 Sur la Commune de Laissac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vue générale depuis un passage souterrain, décembre 1999

« Le colonel André Colomb a consacré une monographie à Laissac (1973).
Le prieuré de Saint-Félix de Laissac dépendait du chapitre de Rodez. L’ancienne église avait un clocher-peigne comme la plupart de celles de la région. Elle fut démolie en raison de son délabrement et de son exiguïté. Elle fut rebâtie en 1878-1880 sur les plans de Vanginot. Hess est l’auteur du clocher élevé en 1894. Il y avait sous l’Ancien Régime deux cimetières l’un à l’église et l’autre au Terrail.
Laissac fut le chef-lieu d’une viguerie carolingienne, le Laissagués. Il dépendit un moment des comtes de Rodez et lointainement de ceux de Toulouse (Engagement à Raymond de Toulouse par le comte Guillaume de Rodez en 1208). La famille de Sévérac en avait l’usage : ainsi en 1293, Guy VII de Sévérac en est doté par son père lors de son émancipation. Il y avait en 1260 deux châteaux, le supérieur et l’inférieur. L’un d’eux devait être occupé par de simples feudataires : la famille de Laissac aux XIIe et XIIIe siècles, la famille Sigal au XIVe siècle, puis les Hérail et les Garceval (XVe s.). En 1674, P. Assier en était seigneur. L’autre château fut acquis en 1321 par l’Hôpital d’Aubrac. L’emplacement de ces édifices est inconnu. L’ancienne tour des Resseguier (de Villecomtal, XVIe-XVIIe siècle) est peut-être le reste de l’un d’eux.
Laissac eut une petite activité industrielle au début du XIXe siècle : poteries (10 potiers en 1800) et papeteries. » (Jean Delmas, 2000)

Photo

Vue générale depuis un passage souterrain, décembre 1999
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...