Lo tuaire

Collecté en 2000 Sur la Commune de Laissac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour tuer le cochon ou far masèl, on utilisait les services du tuaire ou sangnaire.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEAN RIGAL

né en 1925 à Laissac.

Transcription

Occitan
Français
« A ben, cossí soi vengut a-z-o far ? Dins lo temps tuàvem de pòrcs. Los tuàvem aquí, los sangnàvem. Pièi, aviái un vesin, ieu, que trabalhava a l'EDF e aviá ajut fach los abatoèrs. Me di(gu)èt :
“Te vau aprene a sangnar los pòrcs.”
E aprenguère a sangnar los pòrcs, pardí.
A mès ieu soi gauchièr ! Sangne los pòrcs a la revèrs, ieu. Alara, quand ai un tipe me ten los pòrcs, davant, los pren a la revèrs, crosam las patas, pièi lo pòrc sangna pas bien. »
Le saigneur de cochons
« Eh bien, comment suis-je venu à le faire ? Dans le temps, on tuait des cochons. On les tuait ici, nous les saignions. Puis, j'avais un voisin, moi, qui travaillait à l'EDF et il avait fait les abattoirs. Il me dit :
“Je vais t'apprendre à saigner les cochons.”
Et j'appris à saigner les cochons, bien sûr.
Ah mais moi je suis gaucher ! Je saigne les cochons à l'envers, moi. Alors, quand j'ai un type qui me tient les cochons, devant, il les prend à l'envers, nous croisons les pattes, et puis le cochon ne se saigne pas bien. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...