Lo pastre per Pascas

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de La Terrisse Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour Pâques, on mangeait exceptionnellement de la viande de boucherie. Dans la plupart des bourgs du Rouergue, on promenait le bœuf gras. En Viadène, le cabretaire était mis à contribution.

Dans beaucoup de familles, on mangeait aussi le pastre ou sac d'òsses. Il s'agissait de l'estomac du cochon rempli de petits os poivrés et cuit à la soupe avec des rejetons de chou (brondèls).

L'estomac de porc (ase) pouvait aussi se manger, farci avec des prunes.

On notera la vocalisation du "l" de salar (saler) en "u" : sauar. Cette particularité linguistique se retrouve dans tout le nord du département : ostal / ostau, lençòl / lençòu, ola / oua…

Ethnotexte

MARIA (MARIE) ANDRIEU

née Calmel en 1926 à La Terrisse.

Transcription

Occitan
Français
« Lo pastre, aquò’s d’òsses pichons sauats e pebrats que l’òm met dins un gròs budèl. De dabans, lo gardàvem jusca Pascas. Ne fasián coma una sopa, i metián mème de brondèls qu’apelavan. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...