Anar asorar

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de La Salvetat-Peyralès, Najac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En les christianisant, l’Eglise a pérennisé des croyances anciennes relatives à la protection contre les maladies ou à la guérison. Les populations ont parfois mis spontanément sous la protection de saints thaumaturges des lieux sacrés aux vertus prophylactiques ou curatives.

On allait se vouer à saint Laurent dans l'église de La Salvetat-Peyralès pour le mal de dent. De même, on allait à Villevayre pour aider les enfants qui avaient des difficultés à marcher.

Il y avait aussi des dévotions pour la protection ou la guérison des animaux : Montou, La Bastide-L'Evêque, Lespinassole…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL AUDOUY

né en 1922 à Saint-Salvary de Villevayre.

Transcription

Occitan
Français
« Sent Laurenç es lo patron de La Sauvetat, de la glèisa. A l'epòca, lo monde anavan asorar aquí quand las dents lor dolián pro, anavan asorar a sent Laurent de La Sauvetat.
A Vilavaira, lo monde venián, mès i aviá coma un pelegrinatge, i aviá de monde a Vilavaira a l'epòca que venián, que venián asorar quand avián los dròlles… de dròlles andicapats, de garrèls, enfin o n'impòrta.
E quand aviam de bestial malaute, a l'epòca, fasiam venir lo veterinari ouimès lo veterinari… De còps èra la mòda que anàvem a Monton per asorar. Me rapèli pas cossí s'apelava l'estatua… Anàvem asorar pels pòrcs quand èran malautes. Tanben per las fedas, i anguèrem un còp ambe la mèra, aicí. I anguèrem amb una cavala. Despertinèrem en camin, anguèrem asorar e tornèrem lo ser. E los pòrcs, sai pas se èra lo veterinari o s'èra aquò mès de tota faiçon gueri(gu)èron. »
Aller faire une dévotion
« Saint Laurent est le patron de La Salvetat, de l’église. À l’époque, les gens allaient faire une dévotion là quand ils avaient très mal aux dents, ils allaient faire une dévotion à saint Laurent de La Salvetat.
À Villevayre, les gens venaient, mais il y avait comme un pèlerinage, il y avait des gens à Villevayre à l’époque qui venaient, qui venaient faire une dévotion quand leurs enfants... des enfants handicapés, des boiteux, enfin ou n’importe.
Et quand nous avions du bétail malade, à l’époque, nous faisions venir le vétérinaire oui mais le vétérinaire... Parfois c’était la mode que nous allions à Montou pour faire une dévotion. Je ne me souviens pas comment s’appelait la statue... Nous allions faire une dévotion pour les cochons quand ils étaient malades. Aussi pour les brebis, nous y allâmes une fois avec ma mère, ici. Nous y allâmes avec une jument. Nous déjeunâmes en chemin, nous allâmes faire une dévotion et nous rentrâmes le soir. Et les cochons, je ne sais pas si c’était le vétérinaire ou si c’était ça, mais de toute façon ils guérirent. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...