Los bastiments

Collecté en 2000 Sur les Communes de La Rouquette, Vailhourles Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CARLES SERGE ET ROSSIGNOL LAURéA

né en 1950 à Lavergne de Vailhourles ; née Roques en 1922 à Font-Rosal de La Rouquette.

Transcription

Occitan
Français
« N'i avètz fach de passes per aquela carrièra, per far un e l'autre !
– Di(g)a, sai pas que te dire… Aquí escodiam.
– Aquí èra lo sòl qu'escodiatz.
– Aquí èra lo sòl, veses, i aviá una paret aquí que barràvem los aucons, que venguèsson davant la pòrta. I aviá pas l'ase !
– Lo quite ase se demanda çò que se passa…
– Lo torrilh, veses, es en bas. I aviá una maura ambe de tessons.
Aquí i aviá lo polalhièr ambe las polas e dessús i aviá los lapins. E apèi, al dessús del trast dels lapins, i aviá lo pijonièr. Èra comòde, tot èra ocupat.
– Tot èra plen.
– Aquò èra lo dessús de la fornial, veses, lo forn es al-dejóst, fasiam lo pan. Metiam la lenha… Los fa(g)òts, los metiam jol solaudi, prèstes, que quand plòviá, quand fasiam lo pan, los aviam a l'arruc. E aquí dessús i fotiam lo boès empr'aquí, qu'aviam de rèsta, quand aviam besonh d'una pòsse. Amai dessús, metiam lo boès aquí.
Aquí lo forn, se vei ben.
– E la granja, la granja dels buòus e de las vacas èra aquí, l'estable.
– Las vacas èran alà, aquí èra las fedas.
– A… las fedas aquí.
– Las fedas èran aquí. La cima, èra l'ostal de… la granja de la cavala. E apèi las vacas.
– E l'òrt darrèr.
– E l'òrt darrèr.
E alà lo trèlh. I aviá lo trèlh. I fasián las noses.
E ma bèla-maire ditz que quand, l'ivèrn de còps fa de polits jorns, quand i a de nèu e lo solelh dessús, alèra èran a l'abric d'aquel costat, las surs venián aquí, ela tanben, e cosián. Fasián las cosèiras aquí dejóst.
– Aquò's una partida que demorava totjorn plan pròpra…
– Non perque i aviá un femorièr.
– A… i aviá lo femorièr.
– I aviá lo femorièr.
– Caliá ben que sia(gu)èssa endacòm.
– Caliá ben que sia(gu)èssa endacòm. »
Les bâtiments
« Vous en avez fait des pas dans ce lieu, pour faire ceci ou cela !
– Dis, je ne sais que te dire… Nous battions ici.
– Ici c'était l'aire où vous battiez.
– Ici c'était l'aire, tu vois, il y avait un mur pour séparer les oisillons, pour qu'ils viennent devant la porte. Il n'y avait pas l'âne !
– L'âne se demande ce qui se passe…
– La petite tour, tu vois, est en bas. Il y avait une truie avec des porcelets.
Là il y avait le poulailler avec les poules et au-dessus il y avait les lapins. Et puis, au-dessus du plancher des lapins, il y avait le pigeonnier. C'était commode, tout était occupé.
– Tout était plein.
– C'était le dessus du fournil, tu vois, le four est au-dessous, nous faisions le pain. Nous mettions le bois de chauffage… Les fagots, nous les mettions sous le hangar, prêts, car quand il pleuvait, que nous faisions le pain, nous les avions à l'abri. Et là-dessus nous y mettions le bois, par-là, que nous avions de reste, quand nous avions besoin d'une planche. Au-dessus également, nous y mettions le bois.
Là le four, cela se voit bien.
– Et la grange, la grange des bœufs et des vaches était là, l'étable.
– Les vaches étaient là-bas, ici c'était les brebis.
– Ah… les brebis ici.
– Les brebis étaient ici. Le bout, c'était la maison de… la grange de la jument. Et ensuite les vaches.
– Et le potager derrière.
– Et le potager derrière.
Et là-bas le pressoir. Il y avait le pressoir. Ils y pressaient les noix.
Et ma belle-mère dit que quand, l'hiver parfois il fait de jolies journées, quand il y a de la neige et le soleil dessus, ils étaient à l'abri de ce côté, les sœurs venaient là, elle aussi, et elles cousaient. Elles faisaient les couturières là-dessous.
– C'est une partie qui restait toujours propre…
– Non car il y avait le tas de fumier.
– Ah… il y avait le tas de fumier.
– Il y avait le tas de fumier.
– Il fallait bien qu'il soit quelque part.
– Il fallait bien qu'il soit quelque part. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...