Lo repais dels segaires

Collecté en 1999 par IOA Sur la Commune de La Bastide-l'Évêque Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En pays d’élevage aux hivers longs, la provision de foin était essentielle et mobilisait toutes les énergies pendant l’été. On embauchait parfois des équipes (còlas) de faucheurs (segaires). 

Le terme de segaires désigne ici les faucheurs (dalhaires) alors qu'il peut désigner ailleurs les moissonneurs.

La superbe “Cançon de las sègas” dans laquelle l’abbé Justin Bessou (1845-1918) évoque les segaires segalins illustre l’importance de cette activité dès la fin du XIXe siècle. 

L’aiguisage de la faux (picar la dalha) nécessitait du matériel spécialisé et un certain savoir-faire. Les faucheurs portaient leur pierre à aiguiser (cot) à la ceinture, dans un étui en bois (codièr) souvent rempli d’eau vinaigrée. 

Les premières faucheuses arrivèrent aux alentours de la Guerre de 14 et les ouvriers agricoles ne virent pas arriver ces machines d’un très bon œil.

Ethnotexte

SAGNES AURéLIE ET VAURS LYDIE

née Sagnes en 1905 à La Bastide-l'Evêque ; née Sagnes en 1926 à La Bessière de La Bastide-l'Evêque.

Transcription

Occitan
Français
« Lor portàvem la sopa pel prat. De sopa de legumes ambe de pan e un brave tròç de lard dedins, un brave còp de vin e : “Tòrna se(g)ar !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...