J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour tuer le cochon ou far masèl, on utilisait les services du tuaire ou sangnaire.

En général, on égorgeait le cochon sur un banc ou sur de la paille, on le nettoyait en le brûlant ou en l'ébouillantant (espaumar), après avoir arraché les soies (sedas) avec une vrille (torniquet). Selon les endroits, on ouvrait le cochon, après avoir coupé la tête et les pieds, soit par le dos (per l'esquina), soit par le ventre (pel ventre).

Pour tuer le cochon, on tenait compte du vent, de la lune et également du cycle menstruel des femmes. Il fallait privilégier la lune vieille et éviter le vent d’autan (vent d'altan).

Pour préparer la charcuterie, les femmes se faisaient aider par une maselièira, mangonièira, tripièira ou tripaira.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Maria et Damien BEDOS

née Noyé en 1929 à Glassac de Goutrens, décédée en 2015 ; né en 1926 aux Trémolèdes de Saint-Christophe, décédé en 2015.

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...