Los auriòls

Collecté en 1997 Sur les Communes de Enguialès-Le Fel, Espeyrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Très riches en oligo-éléments, les châtaignes séchées (auriòls) étaient utilisées aussi bien pour nourrir les hommes que pour le bétail. On les réduisait même en farine.

On mettait les auriòls dans un sac de jute (saca) pour en enlever la première pelure. On pouvait également utiliser un tronc creux (soca, bornhaca) et une massue. Pour retirer la seconde peau, on employait un instrument tressé appelé bergadoira, bargador, bargadoira, batedor ou saquijador.

Pour pouvoir les consommer, les auriòls devaient être cuits à l’eau ou dans du lait.

En Rouergue, plusieurs termes désignent la châtaigne séchée : auriòl, castanhon, secon, rufet, rufòl, afachon…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Zéphirin BOSC

né en 1927 à Banroques d'’Enguialès, décédé en 2020.

Transcription

Occitan
Français
« La castanha seca que gardàvem l'auriòl pel pòrc, a la cleda, aquò èra la delòrta. Aquelses qu'avián pas de bargadoira prenián una bona saca pro solida e tustavan ambe la saca per tèrra.
E quitament se'n fasiá de farina. La fasián pels pòrcs mès, d'abans la Revolucion, sabe qu'abans qu'agèsson las trufas, ai trobat de tèxtes que parlan de la farina de castanha mès qu'èra fach per mesclar ambe lo pan.
L'auriòl èra en premièr per faire… per avidar los pòrcs. L'auriòl sec, mème pas desruscat, la castanha seca, pas l'auriòl, la castanha seca, un còp passada al secador, la donàvem directament als pòrcs per manjar, après, un còp qu'avián pres lo biure.
Mès tanben l'auriòl, bon, èra per nautres, per manjar un còp desruscat mès tanben ne donàvem, d'aquelas castanhas secas, d'aquelses auriòls, a las polas. Las escrasàvem sus una pèira, amb un martèl, escrasàvem aquò e donàvem aquò a las polas. Aquò remplaçava lo blat. Aquò èra interessant.
E pièi i a un autre avantatge, quand aviam pas de milh… Nautres n'aviam pas gaire de milh, aviam pas talament de campets. L'auriòl, nos en serviam per engraissar las aucas o los canards. Amb l'embut, metiam los auriòls brisats e los fasiam dins l'embut e, per lo far davalar, i metiam un pauc de lach darrièr. »
Les châtaignons
« La châtaigne sèche, le châtaignon, qu’on gardait pour le cochon, à la claie, c’était la delòrta. Ceux qui n’avaient pas de bargadoiraprenaient un bon sac assez solide et ils tapaient avec le sac par terre. Et on en faisait même de la farine. Ils en faisaient pour les cochons mais, avant la Révolution, je sais qu’avant qu’ils aient des pommes de terre, j’ai trouvé des textes qui parlent de la farine de châtaigne mais qui était faite pour être mélangée avec le pain.
Le châtaignon servait d’abord pour faire... pour nourrir les cochons. Le châtaignon sec, même pas pelé, la châtaigne sèche, pas le châtaignon, la châtaigne sèche, une fois passée dans le séchoir, nous la donnions directement aux cochons pour manger, ensuite, une fois qu’ils avaient pris la pâtée.
Mais aussi le châtaignon, bon, était pour nous, pour manger une fois pelé mais nous en donnions aussi, de ces châtaignes sèches, de ces châtaignons, aux poules. Nous les écrasions sur une pierre, avec un marteau, nous écrasions ça et nous le donnions aux poules. Ça remplaçait le blé. C’était intéressant.
Et puis il y avait un autre avantage, quand nous n’avions pas de maïs... Nous n’avions pas beaucoup de maïs, nous n’avions pas tellement de champs. Le châtaignon, nous nous en servions pour engraisser les oies ou les canards. Avec l’entonnoir, nous mettions les châtaignons broyés dans l’entonnoir et, pour le faire descendre, nous y mettions un peu de lait par dessus. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...