Lo ramelet

Collecté en 2000 Sur la Commune de Curières Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Du temps des grands-parents de Denise, quelques jours après l'abattage du cochon, on invitait les voisins et le curé pour manger lo ramenet (les poumons et le cœur). A la génération suivante, la tradition se maintint mais on préféra déguster un dindon (piòt).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Denise CESTRIÈRES

née Salabert en 1918 à Vincennes (94).

Transcription

Occitan
Français
« Qualques jorns après qu'avián tuat lo pòrc, a l'epòca de mos grands-parents, gardavan lo ramèl, c'est-à-direlos paumons e lo cur. Aquò s'apelava lo ramèl. E alara ni profitavan per far una festeta. O assasonavan a lor manièira per far una fèsta ambe les vesins e lo curat. E ieu o ai vist encara far lo ramelet mès sonca que lo fasiam pas plus ambe lo ramèl, lo fasiam amb un piòt. »
Le ramelet
« Quelques jours après avoir tué le cochon, à l’époque de mes grands-parents, ils gardaient le ramèl,c’est-à-dire les poumons et le cœur. Ça s’appelait le ramèl. Et alors ils en profitaient pour faire une petite fête. Ils l’assaisonnaient à leur manière pour faire une fête avec les voisins et le curé. Et moi je l’ai encore vu faire le ramelet, mais seulement nous ne le faisions plus avec le ramèl,nous le faisions avec un dindon. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...