Lo tuaire

Collecté en 2000 Sur les Communes de Coussergues, Olemps Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour tuer le cochon ou far masèl, on utilisait les services du tuaire ou sangnaire. André fit ce métier pendant 30 ans.

Ce témoignage est illustré par un film tourné à Cassagnettes d'Olemps par Maurice Bertrand.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ GRIFFOUL

né en 1936 à Montals de Coussergues.

Transcription

Occitan
Français
« Amb aquelas carlòtas o de bledas, aquí, n'engraissàvem un per l'ostal, parce que pendent la guèrra o caliá tot…
Lo tuàvem, oui. Mès encara se'n tua ben qualqu'unses.
Ieu, o ai fach pendent trenta ans mès ara ai arrestat. De mens en mens, pels vesins, apr'aquí, per la comuna. A mès se'n tuava maisses que uèi. »
Le saigneur de cochons
« Avec ces carottes ou des betteraves, là, nous en engraissions un pour la maison, parce que pendant la guerre il fallait tout…
Nous le tuions, oui. Mais encore on en tue bien quelques-uns.
Moi, je l'ai fait pendant trente ans mais maintenant j'ai arrêté. De moins en moins, pour les voisins, par-là, dans la commune. Ah mais on en tuait plus qu'aujourd'hui. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...