Lo canton

Collecté en 2000 Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

René décrit les différents éléments d'une cheminée : servantes (endelhièiras), tour (torn), marmite en fonte (ola), poêle (padena), coupe-fumée (copa-fum).

Une à deux fois par an, on ramonait en glissant un fagot de buissons (fais de boissonses) dans le conduit.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Fasián a manjar. O fasián tot aquí sus aquel fuòc, aquí. Montavan la padena sus… aquò s'apelava las endelhièiras, en francés aquò s'apèla les servantes. De còps, pardí, tombava un bocin de suja dins la padena, mès aquò economisava lo pebre ! E quand desacaptavan l'ola, que fasián la sopa, aquò colorava un pauc lo bolhon de la sopa !
Aquí oui,aquò s'apèla un torn, aquò. Per pas se brutlar quand fa de fuòc, vira coma aquò per despenjar l'ola, per se pas brutlar alai sul fuòc. O alara, de còps, per tirar la padena de sul fuòc, aquò vira… Aquò's lo torn.
Lo còpa-fum èra pinjat aquí a-n-aquel… I a un lindal de boès, aquí, e davalava a pus près a quaranta centimèstres, aquí, tot lo lòng, aquí. E aquò èra per arrestar un pauc lo fum, que venguèssa pas tant dins la cosina, aquí.
E, cada annada, caliá ramonar un còp o dos aquelas chiminèias. Alara un montava sus la chiminèia amb un fais de boissonses e una còrda e un altre tirava en bas. Tirava lo fais en bas. Apièissa, bòn, o lo d'en nalt gardava una còrda e lo tornava tirar en nalt o alara sortiá defòra e tornava montar per l'escala e tornava far passar lo fais de boissonses per la chiminèia tres o quatre còps per la ramonar. Fasián coma aquò. »
Le coin du feu
« Ils faisaient à manger. Ils faisaient tout sur ce feu, là. Ils montaient la poêle sur... ça s’appelait les endelhièiras, en français ça s’appelle les servantes. Parfois, bien sûr, un peu de suie tombait dans la poêle, mais ça économisait le poivre ! Et quand ils découvraient la marmite, qu’ils faisaient la soupe, ça colorait un peu le bouillon de la soupe !
Ça s’appelle un tour, ça. Pour ne pas se brûler quand les flammes sont hautes, ça tourne comme ça pour décrocher la marmite, pour ne pas se brûler sur le feu. Ou alors, parfois, pour retirer la poêle de sur le feu, ça tourne... C’est le tour.
Le coupe-fumée était suspendu là à ce... Il y a un linteau en bois, là, et ça descendait à peu près à quarante centimètres, là, tout le long, là. Et c’était pour arrêter un peu la fumée, pour qu’elle ne vienne pas trop dans la cuisine.
Et, tous les ans, il fallait ramoner une fois ou deux ces cheminées. Alors, quelqu’un montait sur la cheminée avec un fagot de buissons et une corde et un autre tirait en bas. Il tirait le fagot en bas. Ensuite, bon, ou celui d’en haut gardait une corde et il le retirait en haut ou alors il sortait dehors et il remontait par l’échelle et il refaisait passer le fagot de buissons par la cheminée trois ou quatre fois pour la ramoner. Ils faisaient comme ça. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...