La sal e lo salinon

Collecté en 2000 Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On achetait le sel en gros. En occitan sel est un nom féminin : la sal gròssa, la sal fina. Le salinon permettait d'affiner le gros sel.

On conservait le sel dans une petite boite suspendue dans la cheminée ou bien dans un banc-coffre appelé “cantou” (canton).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Sovent, dins aquelas chiminèias, n'i aviá que i aviá un canton e, dins aquel canton, i aviá la sal dedins. O alara, i aviá aicí, dins aquela chiminèia, i aviá una espèça de caisson qu'èra pinjat aquí en nalt e i aviá la sal, per que la sal remolhèssa pas. La sal, per la metre a… per salar aquò que fasián, e ben avián la sal aquí.
Aquò d'aquí, aquel utís, aquò èra… apèlan aquò un salinon. Crompavan la sal… Un còp èra, crompavan la sal per cinquanta quilòs. Aquò èra de sal gròssa. Mès, per bèlcòp de causas, quand tuavan lo pòrc, per la salsissa o per salar lo fromatge, o per salar aquò que fasián còire dins la padena, caliá començar de trissar la sal. Trissavan la sal. La velha que tuàvem lo pòrc, e ben, pendent una ora o una ora-e-mièja, caliá començar de trissar dos o tres quilòs de sal, de far de sal fina per salar la salsissa. »
Le sel et le pilon à sel
« Souvent, dans ces cheminées, certains avaient un cantouet, dans ce cantou, il y avait le sel. Ou alors, il y avait ici, dans cette cheminée, il y avait une espèce de caisson qui était pendu là en haut et il y avait le sel, pour que le sel ne soit pas humide. Le sel, pour le mettre à... pour saler ce qu’ils faisaient, eh bien leur sel était là.
Ça, cet outil, c’était... c’est un mortier. Ils achetaient le sel... Autrefois, ils achetaient le sel par cinquante kilos. C’était du gros sel. Mais, pour beaucoup de choses, quand ils tuaient le cochon, pour la saucisse ou pour saler le fromage, ou pour saler ce qu’ils faisaient cuire à la poêle, il fallait commencer par broyer le sel. Ils broyaient le sel. La veille du jour où nous tuions le cochon, eh bien, pendant une heure ou une heure et demie, il fallait commencer par broyer deux ou trois kilos de sel, par faire du sel fin pour saler la saucisse. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...