Escaufeta, faissèlas e mòtles

Collecté en 2000 Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les faisselles anciennes étaient en bois.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

René PÉGORIER

né en 1936 à Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò d'aquí es una escaufeta, qu'apèlan. Alara, l'acaptador se tirava. Prenián de brasa del fuòc, i metián de brasa, tornavan metre l'acaptador e, las copetas del lach, que i aviá dins los armaris, metián la copeta del lach aquí dessús, lo lach se tiedissiá e l'endeman matin, i aviá un centimèstre de crosta al-dessús de la copeta. Amb una escumadoira, passavan aquela crosta per far de burre. Pièissa, tornavan far caufar lo lach qu'èra dins aquela copeta. O metián dins una cantina, fasián caufar lo lach e i metián de presura per far la calhada. La calhada, bon, fasián la toma dins la tela, pièissa fresavan aquela toma ambe la machina que fasián la salsissa del pòrc e pièissa aprèssa o metián dins la faissèla per far un fromatge. E alara metián una tela e metián la toma qu'èra brisada aquí dedins e i metián aquel acaptador e o fasián cachar sus un pesador. E alara, aqueste mòtle, aicí, i aviá aquela espèça de colièr tot lo torn, que davalava o s'alçava. Suivant coma avián de toma fasián lo fromatge pus pichon o pus bèl. E apelavan aquò los liurals. Apièissa, metián aquò a la cava e s'afinavan. Dos o tres meses o sièis meses après, e ben aquò èra de fromatge que èra excellent.
Tot aquò e ben aquò èra de vièlhs mòtles d'un còp èra. E aqueste d'aicí es estat fach coma las barricas. I a mai… Es estat fach ambe de pòsses tot lo torn e de traucs. Tandis que, aqueste d'aicí es estat fach dins un cuol d'aure. Aquò's d'una sola pèça, aquel d'aquí. E aquel d'aquí, pardí, es pus polit, aquel. »
Chaufferette, faisselles et moules
« Ça, c’est un réchaud. Alors, le couvercle s’enlevait. Ils prenaient de la braise du feu, ils y mettaient de la braise, ils remettaient le couvercle et, les petites coupes du lait, qu’il y avait dans les armoires, ils mettaient la petite coupe du lait là-dessus, le lait tiédissait et le lendemain matin, il y avait un centimètre de crème au-dessus de la coupe. Avec une écumoire, ils passaient cette crème pour faire du beurre. Ensuite, ils refaisaient chauffer le lait qui était dans cette coupe. Ils le mettaient dans un seau et ils y mettaient de la présure pour faire le caillé. Le caillé, bon, ils faisaient la tome dans la toile, puis ils émiettaient cette tome avec la machine avec laquelle ils faisaient la saucisse de cochon et puis ensuite ils le mettaient dans la faisselle pour faire un fromage. Et alors ils mettaient une toile, et ils mettaient la tome qui était émiettée là-dedans et ils y mettaient ce couvercle et ils le pressaient sur une presse. Et alors, ce moule, ici, il y avait cette espèce de collier tout le tour, qui descendait ou montait. Selon la quantité de tome, ils faisaient le fromage plus petit ou plus gros. Et ils appelaient ça les liurals. Ensuite, ils mettaient ça à la cave et ils s’affinaient. Deux ou trois mois ou six mois après, eh bien, c’était du fromage qui était excellent.
Tout ça, eh bien, c’était des vieux moules d’autrefois. Et celui-ci a été fait comme les barriques. Il y a plus... Il a été fait avec des planches tout le tour et des trous. Tandis que, celui-ci a été fait dans une souche d’arbre. C’est d’une seule pièce, celui-là. Et celui-là, bien sûr, est plus joli, celui-là. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...