A ma Roseta

Collecté en 2000 Sur les Communes de Compolibat, Rieupeyroux, St-Salvadou Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson d'amour a été écrite par Adrien Rayet (1882-1957) de Rieupeyroux, le père de notre informateur. Elle fut largement diffusée par la Jeunesse agricole catholique.

"A ma Roseta" est peut-être la création la plus populaire d’Adrien Rayet. Cette très belle chanson d’amour tirée de son expérience personnelle est devenue la pièce favorite des meilleurs cantaires du Ségala, même s’ils en ont parfois oublié l’origine, la percevant comme un très vieil air traditionnel.

On doit également à Adrien Rayet des chants identitaires sur Riupeirós et le Ségala, devenus de véritables hymnes locaux, et enfin plusieurs chants de Noël (nadalets) qui reflètent bien son engagement occitan et chrétien de Segalin. "Pastors quitatz lo vilatge" ou "Nadal pastoral" sont même devenus des classiques y compris au-delà les frontières du Rouergue.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL RAYET

né en 1924 à Rieupeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« “Te sovenes, mon amigueta,
Quand èrem encara pas plan bèls
E quand gardàvem al prat bèl,
Que t’apelavi “ma Roseta”.

Butavi plan fòrt la vaqueta,
Li fasiái prene lo galòp,
Per èstre se(g)ur que pas un còp,
Mancariái pas a ma Roseta.

Assetats plan prèp sus l’erbeta,
Nos agachàvem totes dos,
De ton regard tant amistós,
Fasiás un urós, ma Roseta.

Quand lo Berton de La Sarreta,
Veniá tanben te far l’uèlh doç,
A… qu’èri alara malurós,
De paur de pèrdre ma Roseta…

Un jorn se levèt l’esteleta,
Que fa(gu)uèt d’ieu un amorós,
Te demandèri dos potons,
A… que t’aimavi, ma Roseta !

Mas per malur la tiá mameta
Me traitava de polisson,
De paur qu’arribèssa lo jorn,
Que li prendriái la siá Roseta.

Tenguèrem bon, la campaneta
Nos apelèt prèp de l’autar,
Fa(gu)èrem la nòça a ton ostal
E puèi prenguèri ma Roseta.

Après còp, dins nòstra cambreta,
Nos arribèt quatre angelons,
Los acaptàvem de potons,
Que los aimàvem ma Roseta !

E no'n anam, ma pichoneta,
Totjorn d’acòrd e bons amics,
Nòstres bèls jorns son pas finits,
Tant que nos aimam, ma Roseta.

Quand cutarai, mon amigueta,
Per me'n anar cresi val Cèl,
Me calrà enquèra sus mon uèlh,
Sentir un poton de ma Roseta.”

Mon paire èra merchand de petaces, fasiá lo comèrce dels petaces, chapellerie e fasiá tanben de la fòto. Èra lo premièr fotografe a Riupeirós en 1900… 1900 par là.
Èra contemporain de l'abbé Bessou, que coneissiá, e d'Enric Molin qu'èra lo vesin de Compolibat. A tal pont que Enric Molin, pus tard, quand mon paire s'ocupèt de la corala de la glèisa, èra organista atanben, Molin qu'èra pas un pilièr d'église veniá a vèspras per escotar los nadalets del papà Raiet. »
Ma Rosette
« “Tu te souviens, mon amie,
Quand nous n’étions pas encore bien grands
Et quand nous gardions au grand pré,
Que je t’appelais “ma Rosette”.

Je poussais très fort la petite vache,
Je lui faisais prendre le galop,
Pour être sûr que, pas une fois,
Je ne manquerais à ma Rosette.

Assis bien près sur l’herbette,
Nous nous regardions tous deux,
De ton regard si amical,
Tu faisais un heureux, ma Rosette.

Quand le Bertou de La Sarrette,
Venait aussi te faire l’œil doux,
Ah... que j’étais alors malheureux,
De peur de perdre ma Rosette...

Un jour se leva la petite étoile,
Qui fit de moi un amoureux,
Je te demandai deux baisers,
Ah... que je t’aimais, ma Rosette !

Mais par malheur ta maman
Me traitait de polisson,
De peur qu’arrive le jour,
Où je lui prendrais sa Rosette.

Nous tînmes bon, la cloche
Nous appela près de l’autel,
Nous fîmes la noce chez toi
Et puis je pris ma Rosette.

Après coup, dans notre petite chambre,
Il nous arriva quatre angelets,
Nous les couvrions de baisers,
Que nous les aimions ma Rosette !

Et nous nous en allons, ma petite,
Toujours d’accord et bons amis,
Nos beaux jours ne sont pas finis,
Tant que nous nous aimons, ma Rosette.

Quand je fermerai l’œil, mon amie,
Pour m’en aller je crois vers le Ciel,
Il me faudra encore sur mon œil,
Sentir un baiser de ma Rosette.”

Mon père était marchand de tissu, il faisait le commerce des tissus, chapellerie et il faisait aussi de la photo. Il était le premier photographe à Rieupeyroux en 1900... 1900 par là.
Il était contemporain de l’abbé Bessou, qu’il connaissait, et d’Henri Mouly qui était le voisin de Compolibat. À tel point qu’Henri Mouly, plus tard, quand mon père s’occupa de la chorale de l’église, il était organiste aussi, Mouly qui n’était pas un pilier d’église venait aux vêpres pour écouter les chants de noël du papa Rayet. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...