Los gavèls

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Clairvaux-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Lucien CAYROUSE

né en 1921 à Clairvaux.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra las femnas… Las femnas amassavan las vits, c'est-à-diretot lo boès que tombava per tèrra èra amassat per èstre brutlat a l'ostal, que lo monde avián pas de boès alara se servissián d'aquelses refuts de la vinha per dire de far fuòc pendent l'ivèrn.
Al luòc del gas, lo matin, me sovene que fasián caufar lo cafè o la sopa, lo matin abans de partir a la vinha, apelavan aquò un planponh, un planponh de vits qu'èran ramassats. Fasián un polit planponh que metián aquò al fuòc, metián aquò dins la chiminèia per dire de far fuòc.
Lo miu pèra embauchava una vièlha femna per ramassar las vits e lo boès que li aviá de tròp dins las vinhas e aquela vièlha femna cochava dins una vièlha cabana. Alara, coma aimava biure un còp, lo miu pèra li portava una gota d'ai(g)ardent, una gota, un pichon flacon d'ai(g)ardent. Aquela femna demorava tota la nuèch, quand fasiá luna, per amassar las vits, malgrè lo freg, i demorava quand mème. Aviá de vièlhs abilhaments. Me sovene l'ajure vist a l'ostal. Aquò d'aquí n'i a soassanta-dètz ans a pus près mai benlèu soassanta-quinze. Me sovene l'ajure vist a l'ostal qu'èra estada venguda manjar un còp a l'ostal e viviá, demorava dins aquela cabana pendent l'ivèrn. Aquela femna, fini(gu)èt que… Anava amassar de castanhas atanben dins las castanhals, demorava dins una vièlha cabana e la li trobèron mòrta. »
Les fagots de sarments
« Autrefois les femmes... Les femmes ramassaient les sarments, c’est-à-dire tout le bois qui tombait par terre était ramassé pour être brûlé à la maison, parce que les gens n’avaient pas de bois alors ils se servaient de ces déchets de la vigne pour faire du feu pendant l’hiver.
Au lieu du gaz, le matin, je me souviens qu’ils faisaient chauffer le café ou la soupe, le matin avant de partir à la vigne, ils appelaient ça une poignée, une poignée de sarments qui étaient ramassés. Ils faisaient une jolie poignée qu’ils mettaient au feu, ils mettaient ça dans la cheminée pour faire du feu.
Mon père embauchait une vieille femme pour ramasser les sarments et le bois qu’il y avait en trop dans les vignes et cette vieille femme couchait dans une vieille cabane. Alors, comme elle aimait boire un coup, mon père lui portait une goutte d’eau-de-vie, une goutte, un petit flacon d’eau-de-vie. Cette femme restait toute la nuit, quand la lune brillait, pour ramasser les sarments, malgré le froid, elle y restait quand même. Elle avait de vieux habits. Je me souviens de l’avoir vue à la maison. C’était il y a soixante-dix ans environ même peut-être soixante-quinze. Je me souviens de l’avoir vue à la maison alors qu’elle était venue manger une fois à la maison et elle vivait, elle habitait dans cette cabane pendant l’hiver. Cette femme, à la fin... Elle allait ramasser des châtaignes aussi dans les châtaigneraies, elle habitait dans une vieille cabane et ils l’y trouvèrent morte. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...