Lo forn de Bonaubèrg

Collecté en 1997 Sur la Commune de Castelnau-de-Mandailles Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On cuisait le pain au four de la ferme ou dans un four commun à plusieurs maisons. Quand le four était partagé, on le réservait la veille en y apposant un petit signe, ici une botte de sarments de vigne, un gavèl.

Faute de froment, on mangeait du pain noir.

On gardait le levain (levam) d’une fois sur l'autre et on pétrissait la pâte dans une maie (mag).

En fin de cuisson, on faisait mijoter des petits plats et cuire des pâtisseries (farç, caul farcit, ris, pastís…).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Joseph MATHAT

né en 1933 à Bonauberg de Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« Cada quinze jorns, caufàvem lo forn del vilatge, aquí. Aquò èra lo forn que serviá a tot lo vilatge. Èrem sèt o uèch ostals. Alara practicament, un jorn entre l'altre, lo forn trabalhava. E pastàvem… Aquò's la mag qu'es aquí. La mag qu'es aquí, aquò's la mag de mon arrièira-grand-maire. Es totjorn autentica qu'a servit !
Pastavan lo pan aquí. Metián a levar lo ser e pièi pastavan lo matin. E alara marcàvem lo forn la velha. Quand voliam no'n servir, del forn, anàvem metre un gavèl. Un gavèl, aquò's un afaire de vinha, vija, de bròcas de vinha. Lo marcàvem la velha, aquò voliá dire que, lo lendeman, lo forn èra ocupat, qu'un autre lo podiá pas prene. »
Le four de Bonauberg
« Tous les quinze jours, nous chauffions le four du village, là. C’était le four qui servait à tout le village. Nous étions sept ou huit maisons. Alors pratiquement un jour sur deux, le four servait. Et nous pétrissions la pâte... C’est la maie qui est là. La maie qui est là, c’est la maie de mon arrière-grand-mère. C'est sûr qu’elle a servi !
Ils pétrissaient le pain là. Ils mettaient la pâte à lever le soir et puis ils pétrissaient le matin. Et alors nous réservions le four la veille. Quand nous voulions nous en servir, du four, nous allions mettre un fagot de sarments. Un fagot de sarments, c’est un machin de vigne, tu vois, des branches de vigne. Nous le réservions la veille, ça voulait dire que, le lendemain, le four était occupé, qu’un autre ne pouvait pas le prendre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...