Far un panièr

Collecté en 1997 Sur la Commune de Castanet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les veillées au coin du feu (al canton) permettaient de se retrouver en famille, souvent avec des voisins, de se divertir avec des chants, des contes, des jeux et des danses, tout en effectuant de petits travaux. En parlant, on bâtissait des paniers (panièrs), des corbeilles (guirbas, descas, palhassas…), on fabriquait des balais en bouleau (beç), on filait…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ALBERT (DICH BERTON) TEULIER

né en 1922 à L'Igue de Castanet, décédé en 2020.

Transcription

Occitan
Français
« Soi vengut a far de panièrs per m'ocupar al moment de la retreta. N'aviái faches totjorn… N'aviái faches per ieu, per amassar de patanons o de castanhas, a l'epòca. Après, a la retreta, ne fa(gu)èri quauqu'unses, los donèri apr'aquí, après aquò agèt de succès e ai contunhat. Ara soi pas vengut un professionel mès presque, quoi.
Cadun fasiá sos panièrs a pus près. N'i aviá quauqu'unses benlèu de tròp maladreches que los sabián pas far, que los crompavan, mès èran rares. Normalament, cadun fasiá sos panièrs. L'ivèrn, fasián un panièr, dos…
– De guirbas.
– Aicí fasián de guirbas, oui. Ieu fau lo panièr mès la mòda del país aquò èra la guirba qu'èra facha ambe de lamas de castanhièr, tandis que ieu trabalhi de vims.
A l'epòca, lo monde cosían lo pan e, quand caufavan lo forn, caufavan lo boès per l'assoplir per lo refendre. Fasián de lamas que rabotavan e que crosavan après. Bastissián altorn d'un mòtle. O estacavan ambe de ficèles. N'ai pas jamai fachas, ieu. N'ai facha una, benlèu, mas contunhèri pas, arrestèri. »
Faire un panier
« J’en suis venu à faire des paniers pour m’occuper au moment de la retraite. J’en avais toujours fait... J’en avais fait pour moi, pour ramasser des pommes de terre ou des châtaignes, à l’époque. Ensuite, à la retraite, j’en fis quelques-uns, je les donnai par là, ensuite ça eut du succès et j’ai continué. Maintenant je ne suis pas devenu un professionnel mais presque, quoi.
Chacun faisait ses paniers à peu près. Il y en avait quelques-uns peut-être de trop maladroits qui ne savaient pas les faire, qui les achetaient, mais ils étaient rares. Normalement, chacun faisait ses paniers. L’hiver, ils faisaient un panier, deux...
– Des guirbas.
– Ici ils faisaient des guirbas, oui. Moi je fais le panier mais la mode du pays c’était la guirbaqui était faite avec des lames de châtaignier, tandis que moi je travaille des brins d’osier.
À l’époque, les gens cuisaient le pain et, quand ils chauffaient le four, ils chauffaient le bois pour l’assouplir pour le refendre. Ils faisaient des lames qu’ils rabotaient et qu’ils croisaient ensuite. Ils bâtissaient autour d’un moule. Ils l’attachaient avec des ficelles. Je n’en ai jamais fait, moi. J’en ai fait une, peut-être, mais je ne continuai pas, j’arrêtai. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...