Alucar lo fuòc

Collecté en 1996 par IOA Sur les Communes de Brommat, Mur-de-Barrez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Quand avait dénoisillé pour faire de l'huile de noix (nose), on conservait les coquilles (clòscs) pour allumer le feu.

De même, on récupérait le charbon de bois après la cuisson du pain.

Ethnotexte

MARIE SÉBASTIEN

née Laqueilhe en 1920 à Longanhac de Mur de Barrez.

Transcription

Occitan
Français
« Les clòscs de las noses, les metián de costat, les montavan al granièr per dire d'alucar lo fuòc lo matin. Quand demorava un pèu de brasas, metián d’aquelses clòscs, èran secs, aquò s’alucava tot sol.
Aquò’s coma lo carbon. Atí aquò’s quicòm qu’ai pas jamai compres. Quand caufavan lo forn, sortián lo carbon e lo montavan al granièr. Sai pas cossí cramavan pas tot… Après, lo metiam al fuòc un bocin cada jorn. Lo sera, caliá montar al granièr amb una coireta per quèrre aquel carbon. Metián lo carbon al fuòc, acaptavan ambe las cendres e, lo lendeman, lo fuòc èra alucat. Una ponhada de cròsi e aquò i èra. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...