Donjon et enceinte des Bourines, décembre 1999

Collecté en 1999 Sur la Commune de Bertholène Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Donjon et enceinte des Bourines, décembre 1999.

« Le nom primitif est Leborinas (cité au XIIIe siècle). Les Bourines était un centre d’élevage considérable qui appartenait à la domerie d’Aubrac, le second du Rouergue après Galinières qui dépendait de Bonneval. En 1663, le cheptel comprenait 18 paires de bœufs, 50 bêtes à cornes et 1800 bêtes à laine. L’exploitation fut jusqu’à nos jours le symbole de la prospérité du Causse.
Au XIVe siècle, les seigneurs de Sévérac revendiquèrent le domaine, parce qu’il faisait partie du Laissagués. En 1369, intervint un accord, confirmant les droits d’Aubrac. La montagne des Enguilhems sur l’Aubrac dépendait des Bourines et servait pour l’estive des troupeaux.
Le château fut bâti aux XVe et XVIe siècles ; les annexes ont été refaites par la suite. Ici tout est remarquable, les dimensions du donjon et de son enceinte, le grand portail daté de 1547 au nom de Georges d’Armagnac, évêque de Rodez et dom d’Aubrac, la croix de 1579 sur le devant, la forge, la porcherie avec ses petites loges, la plus belle du Rouergue (et qui malheureusement tombe en ruines), les longues étables… Il y avait aux Bourines une chapelle, annexe d’Ayrinhac, dédiée à sainte Madeleine, et un cimetière, autorisé à cause de l’éloignement de l’église paroissiale. Le groupe de la Crucifixion (XVIe siècle) a été donné à l’hôpital de Cayssiols.
Au XIXe siècle, les Granier acquirent le domaine, qui passa par mariage à Gabriel Aubaret, consul de France et administrateur en Turquie, dont le fils reçut le titre de comte romain. » (Jean Delmas)

Photo

Donjon et enceinte des Bourines, décembre 1999
© Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...