Las gimbeletas d'Aissenas

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Ayssènes Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pour les Rameaux, on bénissait une branche de laurier ou de buis qui était parfois décorée de gimbeletas, de fogassets (petites fouaces) ou de banuts également appelés chaudèls (échaudés).

Ces rameaux servaient à la protection de la maison et des dépendances contre la foudre et les maladies, ainsi qu’à la bénédiction des morts.

Vidéo

© Institut occitan de l'Aveyron - Réalisation Amic BEDEL

CALMÈS MARIE-CHANTAL, CAZOTTE HENRIETTE, FOURCADIER SIMONE ET YVETTE, GAVALDA PAULETTE

CALMES Marie-Chantal ; CAZOTTE Henriette, née en 1936 ; FOURCADIER Simone, née en 1938 ; FOURCADIER Yvette, née en 1936 ; GAVALDA Paulette.

Transcription

Occitan
Français
« Vam faire de gimbeletas.
Alara cal cinc cents gramas de farina, mièg-veire de sucre, un briat d'anís…
– Ne fotes mai qu'un briat…
– Oui…
– Quatre uòus, una pinçada de sal… Ne metes pas gaire… Pro ?
– Òc.
– Pièi lo burre fondut.
– Fas ambe la man ?
– E pièi la te cal espandir.
– Òc, la me cal espandir.
– Cal una pasta dura. Es pas facila a espandir, atanben.
– Ambe de farina un briat per las mans, aquò se'n va.
– Cal ajustar un briat de farina. Te siás ben espastingada, aquí !
– Ça colle !
– Los uòus èran gròsses.
– Oui.
– Vòl pas sortir…
– Marcha pas bien ton otís, tu !
– Non, aquò's pas un brave otís.
– Macarèl !
– Macarèl i serà !
– Aquò fa partida del Roergue, aquò !
– Un còp. Aquí.
– N'i a pro ? La vas espandir aquí ?
– E òc. Mès es un pauc mòla…
– A mès nòstre mèra sap far un briat de tot !
– Oh oui !
– E ambe de qué lo còpas ? Lo cotèl ?
– Lo cotèl.
– E lo fas còire dins l'ai(g)a ?
– E òc.
– Cal que bolhigue ?
– Oui.
– E la sucras, aquela ai(g)a, o non ?
– Non, non, non…
– Es pro sucrada la pasta.
– E i meti…
– I metes ?
– A la fin, quand son cuèchas, un pauc d'ai(g)a e de sucre. Empègui.
– Ieu meti un culhièirat d'ai(g)a de flor d'orangièr.
– Mès podètz m'ajudar.
– Son polidas !
– Di(g)a mès es pus vite fach aquò que quand ieu fau los machins e aquò's la mèma pasta !
– E de qué fas, tu ?
– De banuts.
– Aquò's la mèma pasta. Parelh, òc.
– Aquí aprenguèrem lo francés autrament lo sabiam pas parlar.
– Mès ieu me rapèli que ma mamà disiá que aviá un oncle a París e aviá una cosina que èra de son atge, la mamà auriá 105 ans ara, e veniá a las vacanças e ben se comprenián pas. Se comprenián pas. La nòstra compreniá pas lo francés e los autres comprenián pas lo patoès. Quantes de còps que la mamà nos disiá aquò ! Se comprenián pas.
Las as dejà cuèchas ?
– E òc.
– Las as metudas a secar.
– Quand mòntan a la cima, son cuèchas.
– Ah bon ?
– Son cuèchas… las cal far còire al forn après.
– Tornarem per las manjar !
– Tornarem deman…
– Aicí sèm ches nautres ! Avètz remarcat !
– Los banuts, aquò's mièja-ora. Mets-lo dins lo forn.
– Mièja-ora.
– Assèta-te !
– A taula !
– Avèm pas besonh d'aquò, mès…
– Cal gostar !
– Mercé, impecable !
– Son plan bonas !
– Son plan reüssidas ! »
Les gimbeletas
« Nous allons faire des gimbeletas.
Alors il faut 500 g de farine, un demi-verre de sucre, un peu d'anis…
– Tu en mets plus qu'un peu…
– Oui…
– 4 œufs, une pincée de sel… Tu n'en mets pas beaucoup… Assez ?
– Oui.
– Ensuite le beurre fondu.
– Tu fais avec la main ?
– Et puis il faut que tu l'étales.
– Oui, il faut que je l'étale.
– Il faut une pâte dure. Elle n'est pas facile à étaler, aussi.
– Avec un peu de farine sur les mains, ça s'en va.
– Il faut ajouter un peu de farine. Tu t'es bien emplâtrée, là !
– Ça colle !
– Les œufs étaient gros.
– Oui.
– Elle ne veut pas sortir…
– Il ne marche pas bien ton outil, toi !
– Non, ce n'est pas un bon outil.
– Macarel !
– Macarel y sera [dans le film] !
– Ça fait partie du Rouergue, ça !
– Une fois. Là.
– Il y en a assez ? Tu vas l'étaler là ?
– Eh oui. Mais elle est un peu molle…
– Ah mais notre maire sait un peu tout faire !
– Oh oui !
– Et avec quoi le coupes-tu ? Le couteau ?
– Le couteau.
– Et tu le fais cuire dans l'eau ?
– Eh oui.
– Il faut qu'elle bouille ?
– Oui.
– Et tu la sucres, cette eau, ou non ?
– Non, non, non…
– La pâte est assez sucrée.
– Et j'y mets…
– Tu y mets ?
– À la fin, quand elles sont cuites, un peu d'eau et de sucre. Je badigeonne.
– Moi je mets une cuillerée d'eau de fleur d'oranger.
– Mais vous pouvez m'aider.
– Elles sont belles !
– Dis mais c'est plus vite fait que quand moi je fais les machins et c'est la même pâte !
– Et que fais-tu, toi ?
– Des échaudés.
– C'est la même pâte. Pareil, oui.
– Là nous apprîmes le français sinon nous ne savions pas le parler.
– Mais moi je me rappelle que ma maman disait qu'elle avait un oncle à Paris qui avait une cousine de son âge, ma maman aurait 105 ans maintenant, et il venait aux vacances eh bien ils ne se comprenaient pas. Ils ne se comprenaient pas. La nôtre ne comprenait pas le français et les autres ne comprenaient pas le patois. Combien de fois notre maman nous disait ça ! Ils ne se comprenaient pas.
Tu les as déjà cuites ?
– Eh oui.
– Tu les as mises à sécher.
– Quand elles montent à la surface, elles sont cuites.
– Ah bon ?
– Elles sont cuites… il faut les faire cuire au four après.
– Nous reviendrons pour les manger !
– Nous reviendrons demain…
– Ici nous sommes chez nous ! Vous avez remarqué !
– Les échaudés, c'est une demi-heure. Mets-le dans le four.
– Une demi-heure.
– Assis-toi !
– À table !
– Nous n'avons pas besoin de ça, mais…
– Il faut goûter !
– Merci, impeccable !
– Elles sont bien bonnes !
– Elles sont bien réussies ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...