Lo tiulièr d'Arviu

Collecté en 1997 Sur les Communes de Arvieu, Trémouilles Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

René explique le travail des couvreurs (tiulièrs, tiulaires) avant l'arrivée de la mécanisation, à une époque où l'entraide était indispensable.

Une boada est un transport organisé en commun au moyen d'attelages de bœufs (parelhs de buòus).

Les grosses tuiles (tiulas) posées en bas de la toiture (tiulada) sont appelées los gotièrs et celles des côtés los arrestièrs.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉ BOUNHOL

né en 1928 à Girman d'Arvieu, décédé en 2017.

Transcription

Occitan
Français
« Mon pèra èra tiulier coma son grand-père, èra tiulièr atanben. Mès que, dins lo temps, fasián tiulièr pas qu'a la bona sason. L'ivèrn, avián un canton de ben, avián tres o quatre vacas e passavan lor temps a sonhar las bèstias pendent l'ivèrn.
Quand partissiam coma aquò, partissiam per la setmana. Lo païsan nos embauchava e nos lotjava.
Lo proprietari, lo païsan, aviá recuperadas de tiulas, qu'èra anadas cercar… Nautres aicí las anavan quèrre a L'Espinasseta, aquí, pas luènh de ches nautres aquí, qu'es comuna de Tremolhas.
Fasián una boada qu'apelavan, se reünissián, totes los païsans, èran sèt o uèch, e ambe los parelhs de buòus anavan quèrre la tiula a L'Espinasseta. La nos menavan aquí tota… Cossí poiriái dire ? Sortida de la carrièira.
Un còp qu'aviam aquela tiula aquí davant nautres, la preniam a la man, ambe nòstras picas, aquí, e nòstra enclutge, la talhàvem.
Aquí ten, et voilà, i te fasiam un trauc… La vau far coma s'èra… Voilà.
Las calibràvem. Començàvem per un, mettons un numèro un, dos, tres, quatre, entrò a quinze e setze. Se n'i aviá pas setze, numèros, èra qu'aquò èra mal triat, aquò anava pas. Se n'i aviá pas que catòrze, i a quicòm qu'èra… Aquò's qu'aquò èra fach tròp vite.
Alara un còp qu'aquò èra triat aital, tot prèste, arribava lo moment que lo charpentièr aviá acabat de metre sa doèla, la charpenta èra terminada e nautres disiam :
“Nos cal atacar la tiulada.”
Mès que, lo problèma, aquò èra per las montar en naut, amont.
Lo patron de l'ostal reünissiá tot lo vilatge empr'aquí, los òmes de bona volontat, nos caliá èsser au mens nòu o dètz. E, lo matin, abans que parti(gu)èsson al trabalh, tot aquel monde, nos metiam… Aviam una brava escala que riscava pas… Solida, plan armada, que riscava pas copar.
Mès ieu quand a l'epòca èri jove, di(gu)èron :
“Lo jove, lo cal daissar al fons de l'escala, aval !”
Per çò que se disiá :
“Se jamai no'n daissa escapar una, risca de nos far mal.”
Mès aqueles colhons avián pas paur de me far mal a ieu !
E ieu, quand èran un briat pesugas, per çò que n'i aviá de gròssas. En bas, quand començàvem, apelàvem aquò lo gotièr, lo depart, e pièi en mème temps i aviá los arrestièrs quand aquò èra en bordura. Èran un pauc pesugas aquelas… De còps aviái de mal a las virar, començavi de las pausar sul ventre e pièi allez, hop, las viravi. Et ainsi de suite en l'amont. E ne fasiam aital au mens… Nos caliá plan una ora per montar tot. Ne montàvem per tota la jornada.
Estacàvem una còrda amont al fetatge, fasiam un banc coma lo que vesètz aquí, es aquí per tèrra, l'estacàvem a las còrdas en bas a un mèstre del bòrd. Alara lo cap devàs en bas aval, sus aquel banc, començàvem a metre las premièiras. Lo pè drech sus la tableta, apelàvem aquò la tableta, metiam totes los gotièrs. Un còp qu'aviam començat de metre aquò, los gotièrs, nos tornàvem sièire apièi sul banc darrèr, nos fasián passar las tiulas e començàvem a far una renga, ainsi de suite, ne fasiam una, doas, tres. Un còp que n'aviam fachas aquí tres o quatre rengadas, que podiam metre lo banc darrèr, passàvem lo banc darrèr e apièi trabalhàvem faça a la tiulada, faça a la doèla. Apièi aquò anava melhor. Mès arribava plan sovent, en bas pel depart, qu'aquò èra penible, un pauc. Aviam mal als rens, als ginolhs… Enfin èrem joves a l'epòca ! Aquò nos pesava pas.
Alara mès que aquò anava pas de vam, montàvem una rengada après l'autra… Mès que, de còps que i a, quand èrem tres o quatre, començàvem de ne metre una al bòrd, l'arrestièr, pièi ne plantàvem una autra enlai a un parelh de mèstres, ainsi de suite, per poire tirar drech un briat, que nos alinhèssem un briat. Per çò que cal dire que, las tiulas, i a un numèro, un, dos et ainsi de suite. Començàvem per las pus bèlas e en montent… »
Le couvreur d’Arvieu
« Mon père était couvreur comme son grand-père, il était couvreur aussi. Mais, dans le temps, ils ne faisaient couvreurs qu’à la bonne saison. L’hiver, ils avaient un coin de bien, ils avaient trois ou quatre vaches et ils passaient leur temps à soigner les bêtes pendant l’hiver.
Quand nous partions comme ça, nous partions pour la semaine. Le paysan nous embauchait et il nous logeait.
Le propriétaire, le paysan, avait récupéré des ardoises, qu’il était allé chercher... Nous ici ils allaient les chercher à Espinassettes, là, pas loin de chez nous là, c’est commune de Trémouilles.
Ils faisaient une boadacomme ils appelaient ça, tous les paysans se réunissaient, ils étaient sept ou huit, et avec les paires de bœufs ils allaient chercher l’ardoise à Espinassettes. Ils nous l’apportaient toute là... Comment pourrais-je dire ? Sortie de la carrière.
Une fois que nous avions cette ardoise là devant nous, nous la prenions à la main, avec nos pics, là, et notre enclume, nous la taillions.
Là tiens, et voilà, nous y faisions un trou... Je vais la faire comme si c’était... Voilà.
Nous les calibrions. Nous commencions par un, mettons un numéro un, deux, trois, quatre, jusqu’à quinze et seize. S’il n’y en avait pas seize, numéros, c’était que c’était mal trié, ça n’allait pas. S’il n’y en avait que quatorze, il y a quelque chose qui était... C’est que c’était fait trop vite.
Alors une fois que c’était trié comme ça, tout prêt, arrivait le moment où le charpentier avait fini de mettre sa volige, la charpente était terminée et nous nous disions :
“Il nous faut attaquer la couverture.”
Mais, le problème, c’était pour les monter en haut, là-haut.
Le patron de la maison réunissait tout le village par là, les hommes de bonne volonté, il nous fallait être au moins neuf ou dix. Et, le matin, avant qu’ils partent au travail, tous ces gens, nous nous mettions... Nous avions une grande échelle qui ne risquait pas... Solide, bien armée, qui ne risquait pas de casser.
Mais moi quand à l’époque j’étais jeune, ils dirent :
“Le jeune, il faut le laisser au fond de l’échelle, là-bas !”
Parce qu’ils se disaient :
“Si jamais il en laisse échapper une, il risque de nous faire mal.”
Mais ces couillons n’avaient pas peur de me faire mal à moi !
Et moi, quand elles étaient un peu lourdes, parce qu’il y en avait des grosses. En bas, quand nous commencions, nous appelions ça la gouttière, le départ, et puis en même temps il y avait les ardoises des arêtiers quand c’était en bordure. Elles étaient un peu lourdes celles-là... Parfois j’avais du mal à les retourner, je commençais à les poser sur le ventre et puis allez, hop, je les retournais. Et ainsi de suite là-haut. Et nous en faisions ainsi au moins... Il nous fallait bien une heure pour tout monter. Nous en montions pour toute la journée.
Nous attachions une corde là-haut au faîtage, nous faisions un banc comme celui que vous voyez là, il est là par terre, nous l’attachions aux cordes en bas à un mètre du bord. Alors la tête vers en bas là-bas, sur ce banc, nous commencions à mettre les premières. Le pied droit sur la tablette, nous appelions ça la tablette, nous mettions toutes les tuiles de la gouttière. Une fois que nous avions commencé à mettre ça, les tuiles de la gouttière, nous nous asseyions à nouveau sur le banc derrière, ils nous faisaient passer les ardoises et nous commencions à faire une rangée, ainsi de suite, nous en faisions une, deux, trois. Une fois que nous avions fait là trois ou quatre rangées, que nous pouvions mettre le banc derrière, nous passions le banc derrière et ensuite nous travaillions face à la toiture, face à la volige. Ensuite ça allait mieux. Mais il arrivait très souvent, en bas pour le départ, que c’était pénible, un peu. Nous avions mal aux reins, aux genoux... Enfin nous étions jeunes à l’époque ! Ça ne nous pesait pas.
Alors mais c’est que ça n’allait pas vite, nous montions une rangée après l’autre... Mais, parfois, quand nous étions trois ou quatre, nous commencions à en mettre une au bord, l’arêtier, puis nous en plantions une autre là-bas à deux mètres environ, ainsi de suite, pour pouvoir tirer droit un peu, pour que nous nous alignions un peu. Parce qu’il faut dire que, les ardoises, il y a un numéro, un, deux, et ainsi de suite. Nous commencions par les plus grandes et en montant... »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...