Lo molin de Recolas d'Arcas

Collecté en 1997 Sur la Commune de Arques Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

En plus des meules farinièiras, la plupart des moulins possédaient un ase (ou vertelh) pour faire l'ordiat (orge perlée) ou pour écraser les noix ou les pommes dont on faisait de l’huile (òli) ou du cidre (citra). Certains moulins possédaient aussi une scie hydraulique (rèssa, resseguièr).

Autrefois, les meuniers (molinièrs) étaient payés en nature. Ils prélevaient une partie du grain, le son ou une part de la mouture : la moldura. Pour cette raison, leur réputation n'était pas des meilleures.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ALFRED ROQUES

né en 1932 à La Coutelle d'Arques.

Transcription

Occitan
Français
« Romplissián la trémieaquí de blat e pièi li a una pala aquí dins la cort, devisan, la pala mònta e l'ai(g)a tomba sul rodet e aquò se met en marcha.
Mès que aquò's tot demolit, aquí, lo…
Durbisson aquí, lo gran davala sus las mòlas, aquí, e en virent las mòlas escrachan lo gran. E sòrt aicí per aquel… entremièg las doas mòlas, aquí. Perque aquò… Lo gran fa mai d'un torn dins… Enfin, quand a fach lo torn es escrachat mai d'un còp. Mès aquò fa pas fin coma los cilindres pardí mès pel bestial aquò èra sufisent.
I aviá una caissa aquí e ambe… Aquò i es pas aquí. I aviá una espèça de… sai pas cossí apèlan aquò, coma una pala amb un margue cort, aquí, e ensacavan a mesura.
La seda, aquí, laissava passar la pus fina e tot lo bren o aquò grossièr aquò tombava dins aquela canala a la fin e sortissiá per aquel trauquet en bas aquí. Ensacavan lo bren aval. E la farina tombava dins aquela caissa, aquí, mès que es pas pus en estat d'i metre de farina.

“Lo molinièr qu'a plan panat
Crompa lo vin, avèm lo blat !”
Perque fasián la moldura qu'apelavan, se'n gardavan un bocin alara. Se li portavas 100 quilòs de blat, te tornava pas que 95 quilòs de farina, a pus près. Gardavan 5 e fasián pagar la moldura parelh. Mès engraissavan nòu o dètz pòrcs aquí ambe la farina que recuperavan sus la moldura. »
Le moulin de Recoules d’Arques
« Ils remplissaient la trémie là de blé et puis il y a une vanne là dans la cour, ils dévissent, la vanne monte et l’eau tombe sur le rodet et ça se met en marche.
Mais c’est que c’est tout démoli, là, le...
Ils ouvrent là, le grain descend sur les meules, là, et en tournant les meules écrasent le grain. Et il sort ici par ce... entre les deux meules, là. Parce que ça... Le grain fait plus d’un tour dans... Enfin, quand il a fait le tour il est écrasé plus d’une fois. Mais ça ne fait pas fin comme les cylindres bien sûr mais pour le bétail c’était suffisant.
Il y avait une caisse là et avec... Ça n’y est pas là. Il y avait une espèce de... je ne sais pas comment ils appellent ça, comme une pelle avec un manche court, là, et ils ensachaient au fur et à mesure.
Le sas, là, laissait passer la plus fine et tout le son ou ce qui était grossier tombait dans ce conduit à la fin et sortait par ce petit trou en bas là. Ils ensachaient le son là-bas. Et la farine tombait dans cette caisse, là, mais elle n’est plus en état d’y mettre de la farine.

“Le meunier qui a bien volé
Achète le vin, nous avons le blé !”
Parce qu’ils faisaient la mouture comme ils disaient, ils en gardaient un peu alors. Si tu lui apportais 100 kilos de blé, il ne te rendait que 95 kilos de farine, à peu près. Ils gardaient 5 et ils faisaient payer la mouture de la même façon. Mais ils engraissaient neuf ou dix cochons là avec la farine qu’ils récupéraient sur la mouture. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...