J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Depuis l'opération Al canton de Rinhac, la première de la collection cantonnale, Anglars organise une fête (vòta, fèsta) mettant en scène la vie d'autrefois : vieux métiers, cuisson du pain, moissons…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Transcription

Occitan
Français
« Aquela vòta, aquí, de las tradicions sus Anglars, fasètz aquò dempièi vint ans ?
– Oui.
– Oui.
– E aquel afar, aicí ? Ont sèm aquí ? Es un forn que…
– Es un forn, es estat construit en 42, pendent la guèrra. A-n-aquel moment se manjava pas que de pan negre. Alara di(gu)èrem : Cal èstre plan bèstia quand mème… Enfin, arribàvem a far de farina a pus près convenabla dins los molins, sabètz ben, e cosiam lo pan et voilà. Mès tot lo monde lo cosiá dins lo país a-n-aquela epòca.
– Èra lo forn d'un ostal, d'una bòria o es un forn qu'èra comun ?
– Un forn comunal, non, pas d'un ostal o d'una bòria. M'enfin, un forn, per far de bon trabalh, cal li còire sovent. Aquò's per aquò que totes cosiam… Lo vilatge, cosiam pas dins lo mème forn.
Lo forn, quand mème, aparteniá a un, a un proprietari. E alèra, per lo pagar, li fasiam un pichon pan coma aquò, pas tot a fèt tan bèl, lo fornatge qu'apelàvem, vesètz. Parce que fasiam de tortas de sèt quilòs.
Fasèm ambe de fagòts secs ara mas que a-n-aquela epòca fasiam ambe de fagòts mas aviam pas cap angard per los fotre dedins, los quilhàvem defòra, comprenètz ? E, quand veniá de plòure, caufàvem amb aquelses fagòts e sabètz que de còps aquò èra pas plan interessent de far de fuòc…

– Se lo sabètz parlar lo patoès, ne cal profitar !
– Cal parlar patoès alèra !
– Cal parlar patoès oèi !
– Una autra ?
– Non…

– Aquí, aquò's la mòla, la mòla d'un còp èra.
E aquí la torre qu'apelàvem. À deux on coupait un arbre.
E aquí ascla lo boès.
– L'asclaire.
– E lo ciclista que se'n va se passejar.
Aquí lo ventador.
– Lo ventador, oui.
– Lo ventador en patoès.
Aquò èra per embucar los canards. I a mème lo milh, aquí, i a lo milh.
Fau tot, fau tot. Aquò's puslèu… N'i a de pus finits mès enfin bòn… Dise que ne fasquan autant.

– Aquò's una… Cossí aquò s'apèla ? Una mòla. Aquò's una mòla que marcha très bien. S'agís que lo tipe vòlgue far…

– Aquò's pas mal coma aquò…

– Cramam de cafè qu'es tot verd e pièi après lo passarem al molin e lo metrem dins la tassa per lo beure.
– E ont avètz trapat aquel utís ?
– A… aquò's quicòm que… Sabètz qu'es un pauc vièlh… Un còp èra aquò se fasiá aital. Amai cramavan pas de cafè, cramavan de paumola en guisa de cafè per çò que n'i aviá pas. Pendent la guèrra, aquò se fasiá aital. Se lo cafè sent pas, es pas prèste.

– Es cald ?
– Es cald !

– A ! Embuqui ! Me cal embucar. Cal far los gratons.

– L'avèm passat a la machina, aquí. Avèm fach una òsca. E ara anam prendre lo grefon, lo grefon òm fa pareil mais à l’envers.

– La vam copar aquí e apièissa farem lo cap mès aquò se fa pas tot sol…
I a de redonds e de carrats. Aquel d'aquí es redond. Aquel d'aquí es redond. Venèm de far lo cap. Lo vau fotre dins l'ai(g)a e apièissa lo vam sortir. A(g)acha s'es pas polit aquel utís !

– Aquò farà per duèi ! »
Fête du 6 juin 2010 à Anglars
« Cette fête, là, des traditions à Anglars, vous faites ça depuis vingt ans ?
– Oui.
– Oui.
– Et ça, ici ? Où sommes-nous là ? C’est un four qui...
– C’est un four, il a été construit en 42, pendant la guerre. À cette époque on ne mangeait que du pain noir. Alors nous dîmes : Il faut être bien bête quand même... Enfin, nous arrivions à faire de la farine à peu près convenable dans les moulins, vous savez bien, et nous cuisions le pain et voilà. Mais tout le monde le cuisait dans le pays à cette époque.
– C’était le four d’une maison, d’une ferme ou est-ce un four qui était commun ?
– Un four communal, non, pas d’une maison ou d’une ferme. Mais enfin, un four pour faire du bon travail, il faut y cuire souvent. C’est pour ça que nous cuisions tous... Le village, nous ne cuisions pas dans le même four.
Le four, quand même, appartenait à quelqu’un, à un propriétaire. Et alors, pour le payer, nous lui faisions un petit pain comme ça, pas tout à fait aussi grand, le fornatge comme nous l’appelions, vous voyez. Parce que nous faisions des tourtes de sept kilos.
Nous faisons avec des fagots secs maintenant mais à cette époque nous faisions avec des fagots mais nous n’avions aucun hangar pour les mettre dedans, nous les dressions dehors, vous comprenez ? Et, quand il venait de pleuvoir, nous chauffions avec ces fagots et vous savez que parfois ce n’était pas très intéressant de faire du feu...

– Si vous savez parler patois, il faut en profiter !
– Il faut parler patois alors !
– Il faut parler patois oui !
– Une autre ?
– Non...

– Là, c’est la meule, la meule d’autrefois.
Et là la scie. À deux on coupait un arbre.
Et là il fend le bois.
– Le fendeur.
– Et le cycliste qui s’en va se promener.
Voilà le tarare.
– Le tarare, oui.
– Le ventadoren patois.
C’était pour gaver les canards. Il y a même le maïs, là, il y a le maïs.
Je fais tout, je fais tout. C’est plutôt... Il y en a de plus finis mais enfin bon... Je dis qu’ils en fassent autant.

– C’est une... Comment ça s’appelle ? Une meule. C’est une meule qui marche très bien. Il s’agit que le type veuille faire...

– Ce n’est pas mal comme ça...

– Nous brûlons du café qui est tout vert et ensuite nous le passerons au moulin et nous le mettrons dans la tasse pour le boire.
– Où avez-vous trouvé cet outil ?
– Ah... c’est quelque chose que... Vous savez que c’est un peu vieux... Autrefois ça se faisait comme ça. Et même ils ne brûlaient pas du café, ils brûlaient de l’orge en guise de café parce qu’il n’y en avait pas. Pendant la guerre, ça se faisait comme ça. Si le café ne sent pas, il n’est pas prêt.

– Il est chaud ?
– Il est chaud !

– Ah ! Je gave ! Il me faut gaver. Il faut faire les fritons.

Nous l’avons passé à la machine, là. Nous avons fait une encoche. Et maintenant nous allons prendre le greffon, le greffon on fait pareil mais à l’envers.

– Nous allons la couper là et ensuite nous ferons la tête mais ça ne se fait pas tout seul...
Il y a des ronds et des carrés. Celui-là est rond. Celui-là est rond. Nous venons de faire la tête. Je vais le mettre dans l’eau et ensuite nous allons le sortir. Regarde s’il n’est pas joli cet outil !

– Ça ira pour aujourd’hui ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...