Los faisselièrs

Collecté en 2000 Sur les Communes de Agen-d'Aveyron, Rodez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Jusqu'à la fin des années 1950 les faisselièrs d’Agen d’Aveyron confectionnèrent des fagots (faisses) dans les Palanges pour alimenter les fours des boulangers de Rodez. Il s'agissait d'une activité saisonnière (printemps et automne) leur permettant de compléter les revenus de leur petite exploitation agricole. L'été, ils se louaient dans les domaines bordant l'aveyron pour faner en tant que solatièrs.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL BATUT

né en 1934 à Agen d'Aveyron.

Transcription

Occitan
Français
« Las estacas, las anavan amassar lo diminge après-miègjorn parce que lo diminge matin anavan a la messa, èra quicòm de sacrat. Lo diminge après-miègjorn, en plaça de s'anar passejar, anavan amassar d'estacas e fasián de faisses suivant çò que podiá far un òme dins la jornada, en principe entre quatre cents li(g)as e quatre cent cinquanta.
Voilà ten, n'avèm mai que çò que no'n cal.
Alara, suivant coma ne trobavan, n'amassavan cinc, sièis, sèt faisses e las metián a pòrt de camin e los buòunièrs en montent las lor portavan sul chantièr. E bòn, tot l'ivèrn, tiravan d'aquí sans las metre dins l'ai(g)a mès, tanponh que lo solelh arribava la prima, caliá que las quilhèsson dins lo riu autrament se serián tròp secadas e a la fin las aurián pas poscudas tòrcer.
Aquò d'aquí o apelavan de salivèus, los grifavan. La grifa aquò èra la marca dels gardas, dels gardas forestièrs per marcar los salivèus.
La prima es arribada. Ont es aquel colhon ?
Aquí i a un polit jaç de cabrit, es de la nuèch qu'es tot fresc, i s'i es jagut de la nuèch. E n'i a un autre aval.
Ten, aquí i a un gratal de sanglièr, un vièlh mascle qu'es vengut deslimitar son tarrenc aquí. L'as aquí que se grata, descorreja l'aure, aquò's per far veire qu'es lo mèstre dins lo coet, aquí. Mès i a un polit mascle parce que la dent mònta naut aval, l'a correjat ambe las dents.
Bòn aquí los exploitants forestièrs los nos fasián copar lo pus bas possible parce que te disián que lo pes del boès èra pas al cap de las bròcas, qu'èra al talon. E alara nautres, tot lo jorn, clapàvem de boès.
La prumièira causa consistava a tòrcer las estacas en tres airals parce que assajàvem de far un fais un pauc plate, fasiam pas de faisses redonds, èran puslèu plates. Alara fasiam doas estacas e la de darrèr èra un pauc pus bèla que la de davant. Èra totjorn pus gròssa parce que èra l'airal ont i aviá lo mai de gemas e caliá mai sarrar. Alara pièi copavas… Suivant lo boès, copavas de barrons qu'apelavan los gençadors. Remarca que avián doas utilitats : caufavan lo forn e se jamai aviás tapatge ambe quauqu'un, desmargavas un gençador e lo li passavas per las aurelhas !
Bòn alara fasiás quatre o cinc gençadors, pièi i metiás un planponh de gemas e pièi estacavas aquò.
Lo fais, en moièna, fasiá entre uèch e onze quilòs. Aquò èra lo pes a pus près normal.
Los fasiam ambe d'estacas de garric per que se conservèsson un tròç de l'annada, que se copèsson pas quand los anavan sortir.
Bòn e ben ieu crese que n'ai facha una pila e los vau empilar.
Sabes que se ganhava pas gaire d'argent aquí. Aviás pas besonh de te levar de bona ora per manjar lo pauc d'argent que li ganhavas.
Aquelas li(g)as petavan pas parce que son de li(g)as amassadas dabans que la saba mònte e perisson pas tant vite.
Lo prumièr trabalh èra de copar lo boès, de far de còrdas e de lo desbarrar, de lo desbrancar. La branca partiá al forn, per caufar en segonda fornada, e lo fais aquò èra per far la prumièira fornada ches los bolangièrs.
A-n-aquesta sason, ne copavan, dabans que la fuèlha venguèssa, ne copavan de braves tròces parce que los faisselièrs arrestavan a la fin de mai e tornavan reprene al quinze de setembre. Dins aquel temps s'anavan lo(g)ar dins las bòrias sus l'abròa de l'avairon empr'aquí per fenar, coma solatièrs. E tot lo rèsta de l'annada fasián de faisses, un trabalh que lor ganhavan a pus près… pas grand causa, quoi.
Començavan d'al jorn al jorn. Alara, a-n-aquesta sason, un òme un pauc lèste arribava a ne far sèt pilas. Sèt pilas aquò fasiá cent soassanta quinze. E pièi, a la bona sason, ne fasián nòu, de còps dètz. Mès, quand ne fasián dètz, plan sovent n'i aviá quauqu'uns de magres. E l'ivèrn, quand avián fachas cinc pilas, aquò èra tot çò que se fasiá… E aquí los merchands de boès o pagavan a la pèça, al fais.
Lo faisselièr, el, arribava quand lo boès èra copat. El, son trabalh aquò èra de far de faisses. Lo boès èra copat per d'equipas que los merchands de boès prenián a la jornada e lor fasián copar lo boès. Lo lor fasián copar e desbarrar e lo faisselièr, el, aviá pas qu'a-z-estacar las bròcas. Las barras, aquò èra los merchands de boès que las sortián ambe los buòus e las anavan portar a Rodés als bolangièrs.
Fasián de pertrachas, un jorn a Las Palanjas… Quand sortián las barras, dos jorns de Las Palanjas e un jorn a Rodés. Alara fasián de pertrachas a pòrt de rota se l'òm pòt dire parce que aquò èra de caminses empeirats. Sortián uèch cents quilòs, mila quilòs de boès sus un carri, lo pausavan a pòrt de rota, tornavan partir e, lo ser, desatalavan lo carri decont avián facha pertracha e dintravan a-z-Agenh pas qu'ambe los buòus, per los sonhar. Tornavan partir lo matin que li se vesiá pas. Tornavan atalar lo carri e tornavan partir. Lo ser-mème alara redoblavan las pertrachas e, lo trosième jorn o anavan portar a Rodés, una autra jornada de camin. Partián a primauba e tornavan… Per far manjar los buòus caliá que se tenguèsson darrèr parce que se serián jaguts e aurián pas manjat.
Soi sai que lo darrièr que fasquèt de faisses a-z-Agenh perque los darrièrs que fasquèrem los fasquèrem en 57, al mes de decembre contra la rota que mònta d'a-z-Agenh a Segur. Son los darrièrs que se fasquèron. »
Les faiseurs de fagots
« Les liens, ils allaient les ramasser le dimanche après-midi parce que le dimanche matin ils allaient à la messe, c’était quelque chose de sacré. Le dimanche après-midi, à la place d’aller se promener, ils allaient ramasser des liens et ils faisaient des fagots suivant ce que pouvait faire un homme dans la journée, en principe entre quatre cents harts et quatre cent cinquante.
Voilà tiens, nous en avons plus que ce qu’il nous faut.
Alors, suivant le nombre qu’ils trouvaient, ils en ramassaient cinq, six, sept fagots et ils les mettaient sur le bord du chemin et les bouviers en montant les leur portaient sur leur lieu de travail. Et bon, tout l’hiver, ils tiraient de là sans les mettre dans l’eau mais, dès que le soleil arrivait au printemps, il fallait qu’ils les dressent dans le ruisseau autrement ils auraient trop séchés et à la fin ils n’auraient pas pu les tordre.
Ça, ils appelaient ça des soliveaux, ils les griffaient. La griffe c’était la marque des gardes, des gardes forestiers pour marquer les soliveaux.
Le printemps est arrivé. Où est ce couillon ?
Là il y a un bel abri de chevreuil, il est de la nuit parce qu’il est tout frais, il s’y est couché cette nuit. Et il y en a un autre là-bas. Tiens, là il y a un endroit gratté par un sanglier, un vieux mâle qui est venu délimiter son terrain là. Tu l’as là qui se gratte, il écorce l’arbre, c’est fait pour faire voir qu’il est le maître dans le coin, là. Mais il y a un beau mâle parce que la dent monte haut là-bas, il l’a écorcé avec les dents.
Bon là les exploitants forestiers nous les faisaient couper le plus bas possible parce qu’ils te disaient que le poids du bois n’était pas au bout des branches, qu’il était au talon. Et alors nous, tout le jour, nous tapions du bois.
La première chose consistait à tordre les liens en trois endroits parce que nous essayions de faire un fagot un peu plat, nous ne faisions pas des fagots ronds, ils étaient plutôt plats. Alors nous faisions deux liens et celui de derrière était un peu plus grand que celui de devant. Il était toujours plus gros parce que c’était l’endroit où il y avait le plus de petites branches et il fallait plus serrer. Alors ensuite tu coupais... Suivant le bois, tu coupais des grosses branches qu’ils appelaient les gençadors. Remarque qu’ils avaient deux utilités : ils chauffaient le four et si jamais tu avais une dispute avec quelqu’un, tu défaisais un gençadoret tu le lui passais sur les oreilles !
Bon alors tu faisais quatre ou cinq gençadors, puis tu y mettais une poignée de petites branches et puis tu attachais ça. Le fagot, en moyenne, faisait entre huit et onze kilos. C’était le poids à peu près normal.
Nous les faisions avec des liens de chêne pour qu’ils se conservent une partie de l’année, pour qu’ils ne se cassent pas quand ils allaient les sortir.
Bon eh bien je crois que j’en ai fait une pile et je vais vous les empiler.
Tu sais qu’on ne gagnait pas beaucoup d’argent là. Tu n’avais pas besoin de te lever de bonne heure pour manger le peu d’argent que tu y gagnais.
Ces harts ne cassaient pas parce que ce sont des harts ramassés avant que la sève monte et ils ne périssent pas si vite.
Le premier travail était de couper le bois, de faire des rangées et de l’ébrancher. La branche partait au four, pour chauffer en seconde fournée, et le fagot c’était pour faire la première fournée chez les boulangers.
À cette saison, ils en coupaient, avant que la feuille ne vienne, ils en coupaient de bons morceaux parce que les faiseurs de fagot arrêtaient à la fin de mai et ils reprenaient au quinze septembre. Pendant ce temps ils allaient se louer dans les fermes sur le bord de l’Aveyron par là pour faner, comme saisonniers. Et tout le reste de l’année ils faisaient des fagots, un travail qui leur permettait de gagner à peu près... pas grand-chose, quoi.
Ils commençaient du jour au jour. Alors, à cette saison, un homme un peu leste arrivait à en faire sept piles. Sept piles ça faisait cent soixante-quinze. Et puis, à la bonne saison, ils en faisaient neuf, parfois dix. Mais, quand ils en faisaient dix, bien souvent il y en avait quelques-uns de maigres. Et l’hiver, quand ils avaient fait cinq piles, c’était tout ce qui se faisait... Et là les marchands de bois le payaient à la pièce, au fagot.
Le faiseur de fagot, lui, arrivait quand le bois était coupé. Lui, son travail c’était de faire des fagots. Le bois était coupé par des équipes que les marchands de bois prenaient à la journée et ils leur faisaient couper le bois. Ils le leur faisaient couper et ébrancher et le faiseur de fagot, lui, n’avait qu’à attacher les branches. Les rondins, c’était les marchands de bois qui les sortaient avec les bœufs et ils allaient les porter à Rodez aux boulangers.
Ils faisaient des transferts, un jour dans les Palanges... Quand ils sortaient les rondins, deux jours dans les Palanges et un jour à Rodez. Alors ils faisaient des transferts au bord de la route si on peut dire parce que c’était des chemins empierrés. Ils sortaient huit cents kilos, mille kilos de bois sur un char, ils le posaient au bord de la route, ils repartaient et, le soir, ils détalaient le char où ils avaient fait le transfert et ils rentraient à Agen seulement avec les bœufs, pour les soigner. Ils repartaient le matin alors qu’on n’y voyait pas. Ils attelaient à nouveau le char et ils repartaient. Le soir-même alors ils redoublaient les transferts et, le troisième jour ils allaient le porter à Rodez, une autre journée de chemin. Ils partaient à l’aube et ils revenaient... Pour faire manger les bœufs il fallait qu’ils se tiennent derrière parce qu’ils se seraient couchés et ils n’auraient pas mangé.
Je suis peut-être le dernier qui fis des fagots à Agen parce que les derniers que nous fîmes nous les fîmes en 57, au mois de décembre contre la route qui monte d’Agen à Ségur. Ce sont les derniers qui furent faits. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...