Lo lop e los cabridons

Collecté en 2000 Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce conte est classé AT 123, selon la classification internationale Aarne-Thompson permettant l'indexation des contes populaires par contes-types.

L'histoire se termine bien mais elle contient une morale implicite visant à donner une leçon de prudence aux enfants.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAOUL ROUMIGUIÈRE

né en 1905 au Barri Haut de Viviez.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp li aviá una cabra qu’aviá cabridat alai a La Plana qu'apelàvem. Aquò èra pas luènh, aquí, li aviá una barraca. Aquela cabra, la daissavan aquí tot lo temps. Aviá fach quatre cabridons. Pardí, començavan d'èstre polits e li aviá totjorn lo lop que veniá far un torn, comprenètz…
Sonca que podiá pas far durbir la pòrta per çò que li aviá una targeta e la cabra vièlha lor disiá :
“Vesètz, tanlèu que me'n vau, avètz pas qu'a metre aquela cavilha, aquí, dins la pòrta, e poirà pas durbir. Se entendètz parlar, aquò's ieu, au mensa, que me coneissètz e que durbiretz, a la paraula.”
Alèra pardí lo lop s'èra rescondut e aviá pres un bocin lo machinde la cabra, aquí.
Quand la cabra arribava, disiá :
“Sètz aquí ? Sortètz la cavilheta e la pòrta se durbirà.”
Naturelament, fa(gu)èt un bocin d'aprentissatge per arrenjar sa voès, autramensa parlava fòrt, el.
Un bon jorn que la cabra èra partida, dins un momenton el arribèt aquí e, a la pòrta, di(gu)èt :
“Sortètz la cavilheta e la pòrta se durbirà.”
Fa(gu)èt la voès un bocin de la cabra.
Los cabrits, que se mefiavan pas, sòrtan aquela cavilheta e lo lop buta la pòrta.
Aquelses quatre cabrits pardí que èran aquí, èran dins la cabana, se metèron dins lo coet alai, amontolats, quand vegèron aquela bèstia. La maire lor n'aviá parlat dejà del lop…
Alèra pardí èran aquí e totes amontonats e el los paupava. Començavan d'èstre manjables m'enfin èran polidòts.
Alèra, tot d'un còp, la cabra arriba. Èra venguda far un torn e vegèt la pòrta entredubèrta, di(gu)èt :
“Qué diable se passa ?”
Dientra e se trobèt en faça lo lop.
Alèra, lo lop, li di(gu)èt :
“De qué fas aquí, tu ?”
Li di(gu)èt :
“Ère vengut veire ta familha, aquí. Mès lèu los poirem manjar, son manjadors…
– A ?”, li di(gu)èt la cabra.
Per se'n desbarrasar, la cabra li di(gu)èt :
“Escota, se vòls, anèm montar una pairolada d’ai(g)a, ne farem còire un e lo manjarem...”
D'aicí alai, se pensava :
“Cossí faràs ?”
Aviá una idèia, la cabra se pensèt :
“S'aquò pòt marchar…”
Alèra fa(gu)èron un fuòc aquí e montèron una pairòla e pardí ambe d’ai(g)a dedins. Al cap d'un moment, que l'ai(g)a èra plan caldeta, la cabra li di(gu)èt :
“E ben escota, ne metrem un aquí dedins e, quand serà cuèch lo manjarem. Mès cal agachar que l'ai(g)a siaga plan calda. Tu qu’as la pata dura, as pas qu'a l'agachar. Veirem se lo podèm far còire.”
Lo lop, pardí, qu'èra pas tròp desgordit, el, s'avança aquí, se quilha un bocin e, ambe la pata, agacha... La cabra que vilhava lo moment èra passat darrès, li fotèt un espingal e lo me fot dedins la marmita ! E bramava, lo lop ! Ambe las patas, lo tenguèt dessús e, pardí, fa(gu)èron còire lo lop.
La cabra lor di(gu)èt :
“Vesètz, se ère pas arribada e ben, cossí aquò se seriá passat ?”
Alèra lor di(gu)èt :
“Au mensa, ara, farai veire la pata !”
Li aviá un bocin de trapelon, aquí.
Di(gu)èt :
“Quand veiretz una pata blanca, aquò serà ieu, a la paraula durbiretz pas al premièr còp la cavilheta.”
E pardí los cabridons comprenguèron e di(gu)èron… Escotèron lor maire, pardí.
Fa que se desbarrassèron del lop.

E clic-clac, mon conte es acabat ! »
Le loup et les chevreaux
« Une fois il y avait une chèvre qui avait mis bas là-bas à La Plane. Ce n’était pas loin, là, il y avait une baraque. Cette chèvre, ils la laissaient là tout le temps. Elle avait fait quatre chevreaux. Bien sûr, ils commençaient à être jolis et il y avait toujours le loup qui venait faire un tour, vous comprenez...
Sauf qu’il ne pouvait pas ouvrir la porte parce qu’il y avait une targette et la vieille chèvre leur disait :
“Vous voyez, aussitôt que je m’en vais, vous n’avez qu’à mettre cette cheville, là, dans la porte, et il ne pourra pas ouvrir. Si vous entendez parler, c’est moi, au moins, parce que vous me reconnaissez et vous ouvrirez, à la parole.”
Alors bien sûr, le loup s’était caché et il avait pris un peu le machin de la chèvre, là.
Quand la chèvre arrivait, elle disait :
“Vous êtes là ? Sortez la chevillette et la porte s’ouvrira.”
Naturellement, il fit un peu d’apprentissage pour arranger sa voix, autrement il parlait fort, lui.
Un beau jour où la chèvre était partie, dans un petit moment, il arriva là et, à la porte, il dit :
“Sortez la chevillette et la porte s’ouvrira.”
Il fit un peu la voix de la chèvre.
Les chevreaux qui ne se méfiaient pas, sortent cette chevillette et le loup pousse la porte.
Ces quatre chevreaux bien sûr qui étaient là, étaient dans la cabane, ils se mirent dans le coin, là-bas, entassés, quand ils virent cette bête. Leur mère leur avait déjà parlé du loup...
Alors bien sûr ils étaient là et tous entassés et lui il les palpait. Ils commençaient à être mangeables mais enfin ils étaient jolis.
Alors, tout à coup, la chèvre arrive. Elle était venue faire un tour et elle vit la porte entrouverte, elle dit :
“Que diable se passe-t-il ?”
Elle entre et elle se retrouva en face du loup.
Alors, le loup, elle lui dit :
“Que fais-tu là, toi ?”
Il lui dit :
“J’étais venu voir ta famille, là. Mais bientôt nous pourrons les manger, ils sont bons à manger...
– Ah ?”, lui dit la chèvre.
Pour s’en débarrasser, la chèvre lui dit :
“Écoute, si tu veux, nous allons mettre à chauffer un chaudron d’eau, nous en ferons cuire un et nous le mangerons...”
D’ici là, elle se disait :
“Comment feras-tu ?”
Elle avait une idée, la chèvre se dit :
“Si ça peut marcher...”
Alors ils firent un feu là et ils mirent à chauffer un chaudron et bien sûr avec de l’eau dedans. Au bout d’un moment, quand l’eau était bien chaude, la chèvre lui dit :
“Eh bien, écoute, nous en mettrons un là-dedans et, quand il sera cuit, nous le mangerons. Mais il faut vérifier que l’eau est bien chaude. Toi qui as la patte dure, tu n’as qu’à regarder. Nous verrons si nous pouvons le faire cuire.”
Le loup, bien sûr, qui n’était pas trop dégourdi, lui, s’avance là, il se redresse un peu et, avec la patte, il regarde... La chèvre qui veillait le moment était passée derrière, elle lui mit un coup et elle le fout dans la marmite ! Et le loup gueulait ! Avec les pattes, elle le tint dessus et, bien sûr, ils firent cuire le loup.
La chèvre leur dit :
“Vous voyez, si je n’étais pas arrivée eh bien, comment cela se serait-il passé ?”
Alors elle leur dit :
“Au moins, maintenant, je montrerai ma patte !”
Il y avait une petite trappe, là.
Elle dit :
“Quand vous verrez une patte blanche, ce sera moi, à la parole vous n’ouvrirez pas au premier coup la chevillette.”
Et bien sûr, les chevreaux comprirent et dirent... Ils écoutèrent leur mère, bien sûr.
Ça fait qu’ils se débarrassèrent du loup.

Et clic-clac, mon conte est achevé ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...