Lo lop e lo rainald

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans le cycle occitan du loup et du renard, le personnage du renard est flatteur, menteur et rusé, tandis que celui du loup, qui peut parfois incarner la cruauté, est ici fort naïf. Ce conte animalier comporte plusieurs séquences.

Les formules de fin de conte soulignent l'aspect fictif du récit, ferment l'histoire et ramènent l'auditoire à la réalité.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAOUL ROUMIGUIÈRE

né en 1905 au Barri Haut de Viviez.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp li aviá un òme d'al Tornièr alai qu'aviá una barta e voliá plantar una vinha. Aquela barta, pardí, anava bien per la bona agacha per far una vinha.
Di(gu)èt :
“La te cal far traire, aquela barta mès cossí diable po(gu)èsse trobar quauqu'un que…”
Lo rainald li di(gu)èt :
“Mès ieu benlèu la poiriái arancar.”
Li di(gu)èt :
“Mès, se z'o vòls far, as pas que a… Quand voldràs, alèra.”
Pardí, anèt trobar lo lop e li di(gu)èt :
“Ai trobat un trabalh que, veiràs, ganharem quauque bocin d'argent, aquí !”
Lo lop di(gu)èt :
“Qu'es aquò que cal far ?”
Lo rainald li di(gu)èt :
“Aquò's una barta a traire.”
Alèra, pardí…
Mès lo rainald li di(gu)èt :
“Escota, portarai ieu un bocin de mangisca.”
Parce que, de temps en temps, fasián una be(g)uda.
Alèra, pardí un bon jorn parton arengar aquela barta.
Lo rainald, de temps en temps… Aviá pres del mèl, enfin aviá pres un bocin de tot per manjar.
Lo rainald di(gu)èt :
“A !, fasiá, me sònan !”
Lo lop totjorn arancava lo bartàs coma s'èra al prètzfach.
Lo rainald fasiá coma s'anava trobar quauqu'un, veire quauqu'un, e anava manjar un bocin e manjar… Enfin l'autre totjorn trabalhava.
Al cap d'un moment, li di(gu)èt :
“Mès, s'anàvem copar la crosta ?”
I èra anat tres o quatre còps, lo rainald, e totjorn fasiá coma se quauqu'un lo sonava.
Quand arribèt aquí, li aviá pas grand causa a manjar e lo lop di(gu)èt :
“Escota, totjorn m’engarças mès ieu te manjarai !”
– A…, li di(gu)èt, me manges pas, aquò's que quauqu'un es vengut aquí e l'ai convidat a manjar mès ne portarai mai un autre jorn…”
Alèra di(gu)èt :
“Eh ouimès que ieu ara soi aganit aquí…
– E ben, li di(gu)èt, escota, sabe ont te far manjar.”
Lo campanièr, al cloquièr, aviá metudas doas topinadas de mèl, que degús lo sabiá pas per ainsi dire. Aquí de còps ne manjava un bocin quand anava sonar las campanas.
Alèra pardí li di(gu)èt :
“Ten, vèni, te farai veire !”
Lo lop èra aganit.
Passèron per una trapa que li aviá a la pòrta sonca que aquela trapa èra pas tròp bèla, pardí.
Lo rainald, de temps en temps… Mangèt un bocin de mèl, el, mès anava veire se podiá sortir.
L'autre qu'èra totjorn aganit s'assadolèt aquí tant que po(gu)èt. Alèra, quand decidèron de partir, po(gu)èt pas passar per la trapa, per la trapèla.
Alèra lo rainald li di(gu)èt :
“Escota, te faga pas de missant sang, te vau dire cossí anèm far. Veses, per far venir lo campanièr e que duèrba la pòrta te vau estacar (montèron un tremplin)a la coeta de la campana.”
Alèra èra un bocin naut aquí e li di(gu)èt :
“Auràs pas qu'a sautar, la campana sonarà e lo campanièr vendrà, durbirà la pòrta. A-n-aquel moment poiràs partir.”
Manca pas.
Lo lop di(gu)èt :
“Totjorn t'escote mès…”
Enfin… Lo m'estaca aquí, li estaca la coeta amb aquela còrda de la campana. Èra aquí sus aquel tremplin. Alèra sautèt.
Li di(gu)èt :
“Auràs pas qu'a sautar.”
Sonca que lo rainald èra partit, el…
Alèra lo lop fot un saut sonca que, en sautent, se despalalhèt tota la coeta e aquí pardí…
E alèra lo campanièr arriba, quand la campana sonèt. El demandèt pas res, te sauta per la pòrta se se'n va.
Lo lop di(gu)èt al rainald :
“Veses, totjorn m'engarças, ara agacha la coeta cossí l'ai !”
Èra tot palat.
Li di(gu)èt :
“Escota, te faga pas de missant sang, te'n farai una, coeta, ambe de la lana. I a las pastras que totjorn an la conolha per far la lana aquí, per far lo fial, auràs pas qu'a venir, faràs lo torn, faràs l'espaurugal a las fedas e, d'aquel temps, ieu, trobarai la lana per te far una coeta. Aja pas paur, veiràs, aquò marcharà…”
E manca pas, pardí, lo lop fa un torn alai al bestial, aquelas fedas se'n anèron a quatre pès e pardí las pastras e los pastres disián :
“Aï lo lop !”
Aicí, alai e galopèron pardí mès que, el, d'aquel temps, trobèt la lana e di(gu)èt al lop :
“Veses, ara te vau far una coeta.”
Li te fa una coeta. Li te fot de la lana al torn d'aquela… de la coeta aquí qu'aviá tota despalalhada.
“Veses, li disiá lo rainald, veses cossí totjorn t'arrange bien quand…”
Alèra lo lop di(gu)èt :
“Ouimès que frete pertot amb aquò e aquò va pas.”
Li di(gu)èt :
“Escota, t'arrenjarai aquò, ieu.”
Li di(gu)èt :
“Veses, los pastres fan de la…”
Ambe las castanhas fasián de greladas, alucavan de fuòc.
Li di(gu)èt :
“Auràs pas que a venir un jorn e la te flambuscarai.”
Manca pas. Los pastres fasián totjorn de greladas e n'i aviá totjorn quauque fuòc d'alucat.
Li te fot la coeta aquí al ras del fuòc e lo te flambusca sonca que li te fa cramar las patèrnas !
Alèra pardí lo rainald di(gu)èt :
“A… mès que aquò va pas, benlèu…"
Alèra galopèt a la presa del molin amont que li aviá una cava e arribèt juste a-n-aquela cava, lo rainald, e dientra. Patissiá mème per li dintrar alai. Lo lop arribèt darrès e l'atapèt per una pata.
Alèra lo rainald li di(gu)èt :
“Veses, creses de me ténir una patòta, tenes pas qu’una raiçòta !”, li di(gu)èt.

E aquí : Clic-clac, mon conte es acabat. »
Le loup et le renard
« Une fois il y avait un homme du Tournier là-bas qui avait une genêtière et il voulait planter une vigne. Cette genêtière, bien sûr, allait bien par sa bonne exposition pour faire une vigne.
Il dit :
“Il te faut la faire arracher, cette genêtière mais comment diable pourrais-je trouver quelqu’un qui...”
Le renard lui dit :
“Mais moi peut-être je pourrai l’arracher.”
Il lui dit :
“Mais, si tu veux le faire, tu n’as qu’à... Quand tu voudras, alors.”
Bien sûr, il alla trouver le loup et il lui dit :
“J’ai trouvé un travail grâce auquel, tu verras, nous gagnerons quelque peu d’argent, là !”
Le loup dit :
“Qu’est-ce qu’il faut faire ?”
Le renard lui dit :
“C’est une genêtière à arracher.”
Alors, bien sûr...
Mais le renard lui dit :
“Écoute, j’apporterai moi un peu de nourriture.”
Parce que, de temps en temps, ils buvaient un coup.
Alors, bien sûr un beau jour ils partent arranger cette genêtière.
Le renard, de temps en temps... Il avait pris du miel, enfin il avait pris un peu de tout pour manger.
Le renard dit :
“Ah !, faisait-il, ils m’appellent !”
Le loup arrachait toujours les buissons comme s’il était au forfait.
Le renard faisait comme s’il allait trouver quelqu’un, voir quelqu’un, et il allait manger un peu et manger... Enfin l’autre travaillait toujours.
Au bout d’un moment, il lui dit :
“Mais, si nous allions casser la croûte ?”
Il y était allé trois ou quatre fois, le renard, et il faisait toujours comme si quelqu’un l’appelait.
Quand il arriva là, il n’y avait pas grand-chose à manger et le loup dit :
“Écoute, tu me dupes toujours mais moi je te mangerai !
– Ah..., lui dit-il, ne me mange pas, c’est que quelqu’un est venu là et je l’ai invité à manger mais j’en apporterai plus un autre jour...”
Alors il dit :
“Eh oui, mais moi maintenant je suis affamé là...
– Eh bien, lui dit-il, écoute, je sais où te faire manger.”
Le sonneur, au clocher, avait mis deux pots de miel, dont personne ne connaissait l’existence pour ainsi dire. Là parfois il en mangeait un peu quand il allait sonner les cloches.
Alors bien sûr il lui dit :
“Tiens, viens, je te ferai voir !”
Le loup était affamé.
Ils passèrent par une trappe qu’il y avait à la porte sauf que cette trappe n’était pas trop grande, bien sûr. Le renard, de temps en temps... Il mangea un peu de miel, lui, mais il allait voir s’il pouvait sortir.
L’autre qui était toujours affamé se rassasia là tant qu’il put. Alors, quand ils décidèrent de partir, il ne put pas passer par la trappe, par la petite trappe.
Alors le renard lui dit :
“Écoute, ne te fais pas de mauvais sang, je vais te dire comment nous allons faire. Tu vois, pour faire venir le sonneur et qu’il ouvre la porte je vais t’attacher (ils montèrent un tremplin) à la queue de la cloche.”
Alors c’était un peu haut là et il lui dit :
“Tu n’auras qu’à sauter, la cloche sonnera et le sonneur viendra, il ouvrira la porte. À ce moment-là tu pourras partir.”
Ça ne manque pas.
Le loup dit :
“Je t’écoute toujours mais...”
Enfin... Il l’attache là, il lui attache la queue avec cette corde de la cloche. Il était là sur ce tremplin. Alors il sauta.
Il lui dit :
“Tu n’auras qu’à sauter.”
Sauf que le renard était parti, lui...
Alors le loup fait un saut sauf que, en sautant, il se pela toute la queue et là bien sûr...
Et alors le sonneur arrive, quand la cloche sonna. Lui il ne demanda rien, il saute par le porte et il s’en va.
Le loup dit au renard :
“Tu vois, tu de me dupes toujours, maintenant regarde comment est ma queue !”
Il était tout pelé.
Il lui dit :
“Écoute, ne te fais pas de mauvais sang, je t’en ferai une, queue, avec de la laine. Les bergères ont toujours la quenouille pour faire la laine là, pour faire le fil, tu n’auras qu’à venir, tu feras le tour, tu feras peur aux brebis et, pendant ce temps, moi, je trouverai la laine pour te faire une queue. N’aie pas peur, tu verras, ça marchera...”
Et ça ne manque pas, bien sûr, le loup fait un tour là-bas vers le bétail, ces brebis s’en allèrent à toute vitesse et bien sûr les bergères et les bergers disaient :
“Aïe, le loup !”
Ici, là et ils galopèrent bien sûr mais, lui, pendant ce temps, il trouva la laine et il dit au loup :
“Tu vois, maintenant je vais te faire une queue.”
Il lui fait une queue. Il lui fout de la laine autour de cette... de la queue là qui était toute pelée.
“Tu vois, lui disait le renard, tu vois comment toujours je t’arrange bien quand...”
Alors le loup dit :
“Oui mais je frotte partout avec ça et ça ne va pas.”
Il lui dit :
“Écoute, je t’arrangerai ça, moi.”
Il lui dit :
“Tu vois, les bergers font de la...”
Avec les châtaignes, ils faisaient des grillades, ils allumaient du feu.
Il lui dit :
“Tu n’auras qu’à venir un jour et je te la flamberai.”
Ça ne manque pas. Les bergers faisaient toujours griller des châtaignes et il y avait toujours quelque feu allumé.
Il lui fout la queue là à côté du feu et il le flambe sauf qu’il lui brûle les fesses !
Alors bien sûr le renard dit :
“Ah... mais ça ne va pas, peut-être..."
Alors il galopa à la prise du moulin là-haut où il y avait un trou et il arriva juste à ce trou, le renard, et il entre. Il avait du mal même pour y entrer là-bas. Le loup arriva derrière et il l’attrapa par une patte.

Alors le renard lui dit :
“Tu vois, tu crois me tenir par une patte, tu ne tiens qu’une petite racine !”, lui dit-il.

Et là : Clic-clac, mon conte est achevé. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...