Las vèspras de Falgós

Collecté en 2000 Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les chants satiriques ironisant sur des institutions et les parodies du sacré sont calqués sur des matrices issues de la liturgie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« I aviá un paure curat que plorava, plorava…

“E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat lo surplit
Ont i aviá mai de borra que de lin
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat lo rabat
Que m’aviá tant agradat
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat la sotana
Ont i aviá mai d’estopa que de lana
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat l’estòla
Que me costava cent pistòlas
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat lo bonet carrat
Ont totas las polas an coat
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat la camisa
Que n’èra en tela grisa
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat la flanèla
Que tenián tan caldas mas costèlas
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat las calcetas
Que tenián tan caldas mas penetas
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat las jarretèlas
Que n’èran en pèl de vipèra
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat los esclòps
Que fasián clip-clac, clip-clòc
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat lo mocador
Que n’amassave los mossalons
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat lo cotèl
Que n’èra en bana de vedèl
Amai me'n an ben mai fach !

– E de qué vos an fach, Mossur lo curat ?
De qué vos an fach ?
– M’an desraubat la sirventa
Qu’èra pus brava que sabenta
E me'n an pas mai fach !” »
Les vêpres de Falgoux
« Il y avait un pauvre curé qui pleurait, pleurait...

“Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mon surplis
Où il y avait plus de bourre que de lin
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont volé mon rabat
Qui m’avait tant plu
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé ma soutane
Où il y avait plus d’étoupe que de laine
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mon étole
Qui me coûtait cent pistoles
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont volé mon bonnet carré
Où toutes les poules ont couvé
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé ma chemise
Qui était en toile grise
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
Ils m’ont dérobé la flanelle
Qui tenait si chaudes mes petites côtes
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mes chaussettes
Qui tenaient si chauds mes petits pieds
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mes jarretières
Qui étaient en peau de vipère
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mes sabots,
Qui faisaient clip-clac, clip-cloc
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mon mouchoir
Avec lequel je ramassais les champignons
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé mon couteau
Qui était en corne de veau
Et ils m’en ont bien fait d’autres !

– Et que vous ont-ils fait, Monsieur le curé ?
Que vous ont-ils fait ?
– Ils m’ont dérobé ma bonne
Qui était plus gentille que savante
Et ils ne m’en ont pas fait d’autre !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...