La Virgina

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« La Virgina èra cosèira e, cada ser, quand dintrava del trabalh, dintrava a la glèisa e anava davant la Senta Vièrja :
“Vièrja Maria, disètz-me se me divi maridar ! Aurai lèu trenta ans… Disètz-me se me divi maridar !”
I aviá un pichon clergue un bocin pistolet qu'aviá remarcat aquel manetge e, un ser que s'i vesiá pas tròp, se rescondèt.
Quand la Virgina ven far sa pregaira :
“Vièrja Maria, disètz-me se me vòli maridar !”
Alèra una voès fina respondèt :
“Nani, Virgina, tira, demòra filha !
– Calatz-vos Pichon Jèsus ! Daissetz parlar la vòstra mamà que ne sap mai que vos !” »
La Virgine
« La Virgine était couturière et, chaque soir, quand elle rentrait du travail, elle entrait à l’église et elle allait devant la Sainte Vierge :
“Vierge Marie, dites-moi si je dois me marier ! J’aurai bientôt trente ans... Dites-moi si je dois me marier !”
Il y avait un petit enfant de chœur un peu polisson qui avait remarqué ce manège et, un soir qu’on n’y voyait pas trop, il se cacha.
Quand la Virgine vient faire sa prière :
“Vierge Marie, dites-moi si je veux me marier !”
Alors une voix fine répondit :
“Non, Virgine, allez, reste fille !
– Taisez-vous Petit Jésus ! Laissez parler votre maman car elle en sait plus que vous !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...