La Virgina

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Son

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« La Virgina èra cosèira e anava a la jornada. Aviá passat la trentena e se voliá maridar. En tornent del trabalh, dintrava dins la glèisa e anava pregar la Senta Vièrja davant sa statua. Coma èra tard e que i aviá pas degús, parlava fòrt :
“Senta Vièrja, disètz-me se me divi maridar !”
Un pichon clergue un pauc pistolet aviá remarcat aquelas visitas. Un ser de novembre, s’i vesiá pas res dins la glèisa, anèt se rescondre darrèr un pilièr. Quand la Virgina demandèt :
“Disètz-me se me divi maridar Vièrja Maria !”
Una voès fina li respondèt :
“Tira, Virgina, demòra filha…
– Calatz-vos Pichon Jèsus ! Daissetz parlar vòstra mamà que ne sap mai que vos !” »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...