La guèrra de 14

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

M. Romiguière se souvenait de la Guèrre de 14.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAOUL ROUMIGUIÈRE

né en 1905 au Barri Haut de Viviez.

Transcription

Occitan
Français
« Disián :
“Mès aquò serà lèu fach ! Serem lèu a Berlin, alai !”, fasián.
Mès que apièissa aquò durèt quatre ans mès que, la quatrièma annada, enfin devas la fin, i agèt aquela famusa gripa espanhòla, aquí.
Naturelamant lo monde èran atristats de veire aquò, pardí, se pensavan…
Mès ieu ère gamin, compreniái ben que aquò anava pas mès enfin ère pas…
Me rapèle que partiguèt tres òmes del vilatge : un enfant del patron, aquí, l'ainat, Alfonsa s'apelava, li aviá un vesin aquí, Calmetas, e lo Règis. Èran tres. Lo Règis tornèt pas, lo Calmetas tornèt ambe de bequilhas, pecaire, e li a pas que lo patron de l'ostal que tornèt a pus près coma èra. »
La Guerre de 14
« Ils disaient :
“Mais ce sera vite fait ! Nous serons bientôt à Berlin, là-bas !”, faisaient-ils.
Mais ensuite ça dura quatre ans mais, la quatrième année, enfin vers la fin, il y eut cette fameuse grippe espagnole, là.
Naturellement les gens étaient attristés de voir ça, bien sûr, ils pensaient...
Mais moi j’étais gamin, je comprenais bien que ça n’allait pas mais enfin je n’étais pas...
Je me souviens que trois hommes du village partirent : un fils du patron, là, l’aîné, Alphonse il s’appelait, il y avait un voisin là, Calmettes, et Régis. Ils étaient trois. Régis ne revint pas, Calmettes revint avec des béquilles, le pauvre, et il n’y a que le patron de la maison qui revint à peu près comme il était. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...