La bona annada

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Au Premier de l'An, les enfants passaient chez les voisins pour leur souhaiter la bonne année en récitant une formule en occitan et obtenaient généralement une étrenne.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Los enfants prenián lor coratge entre eles, anavan d'una pòrta a l'autra :

“Adessiatz !
Vos soetam la bona annada,
Acompanhada de fòrça maitas,
E lo Paradís a la fin !”

E alèra de còps nos balhavan una peceta mès èran pas riches, lo monde…
O alèra lor disián :
“Ten, vèni, te farai còire un cocon.”
E los enfants èran tot urós de manjar un uòu. E aquel uòu se fasiá còire dins la cendra calda. I aviá totjorn lo fuòc alucat un còp èra. I aviá de brasa e aquí tiravan la brasa, fasián un pichon niu, i metián l'uòu dedins, lo tornavan acaptar e l'uòu cosiá.
Un còp, dabans de metre l'uòu, una femna escupissiá per l'uòu e lo dròlle li di(gu)èt :
“Mès per de qué escupissètz ?
– Aquò's per l'empachar de petar.
– A… Venètz al nòstre ostal far lo remèdi a la nòstra mameta, fa pas que petar !” »
La bonne année
« Les enfants se donnaient du courage entre eux, ils allaient d’une porte à l’autre :

“Bonjour !
Nous vous souhaitons la bonne année,
Accompagnée de beaucoup d’autres,
Et le Paradis à la fin !”

Et alors parfois ils nous donnaient une petite pièce, mais ils n’étaient pas riches, les gens...
Ou alors ils leur disaient :
“Tiens, viens, je te ferai cuire un œuf.”
Et les enfants étaient tout heureux de manger un œuf. Et cet œuf se faisait cuire dans la cendre chaude. Il y avait toujours le feu allumé autrefois. Il y avait de la braise et là ils enlevaient de la braise, ils faisaient un petit nid, ils y mettaient l’œuf dedans, ils le recouvraient et l’œuf cuisait.
Une fois, avant de mettre l’œuf, une femme crachait sur l’œuf et l’enfant dit :
“Mais pourquoi crachez-vous ?
– C’est pour l’empêcher de péter.
– Ah... Venez à la maison faire le remède à notre mémé, elle ne fait que péter !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...