L'òme pichon

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Cette chanson de mal-mariée était autrefois très répandue dans le domaine occitan. Louis Lambert en a publié plusieurs versions en 1906.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Se me soi maridada,
Me soi ben tròp pressada. (bis)
Ai pres un òme grand,
Coma un gran de civada, o lalà, o lalà,
Ai pres un òme grand,
Coma un gran de civada, o lalà.

Ai pres un òme grand,
Coma un gran de civada, (bis)
L’ai envoiat al riu,
Per me far la bugada, o lalà, o lalà,
L’ai envoiat al riu,
Per me far la bugada, o lalà.

L’ai envoiat al riu,
Per me far la bugada, (bis)
Al luòc de la lavar,
Lo fotral s’amusava, o lalà, o lalà,
Al luòc de la lavar,
Lo fotral s’amusava, o lalà.

Al luòc de la lavar,
Lo fotral s’amusava, (bis)
Mès tombèt dins lo riu,
L’ai(g)a lo me negava, o lalà, o lalà,
Mès tombèt dins lo riu,
L’ai(g)a lo me negava, o lalà.

Mès tombèt dins lo riu,
L’ai(g)a lo me negava, (bis)
Montèri sus lo pont,
Per veire se nadava, o lalà, o lalà,
Montèri sus lo pont,
Per veire se nadava, o lalà.

Montèri sus lo pont,
Per veire se nadava, (bis)
A ! se l’aviatz vist far,
Cossí arpatejava, o lalà, o lalà,
A ! se l’aviatz vist far,
Cossí arpatejava, o lalà.

A ! se l’aviatz vist far,
Cossí arpatejava, (bis)
Al luòc de ne plorar,
Lo rire me crebava, o lalà, o lalà,
Al luòc de ne plorar,
Lo rire me crebava, o lalà.

Al luòc de ne plorar,
Lo rire me crebava, (bis)
Lo metiái al pè del fuòc,
Las polas lo becavan, o lalà, o lalà,
Lo metiái al pè del fuòc,
Las polas lo becavan, o lalà.

Lo metiái al pè del fuòc,
Las polas lo becavan, (bis)
Lo metèri al lièch,
Se perdèt per la palha, o lalà, o lalà,
Lo metèri al lièch,
Se perdèt per la palha, o lalà.

Lo metèri al lièch,
Se perdèt per la palha, (bis)
Ieu teniái lo quinquet,
Ma maire lo cercava, o lalà, o lalà,
Ieu teniái lo quinquet,
Ma maire lo cercava, o lalà.

Ieu teniái lo quinquet,
Ma maire lo cercava, (bis)
Mès lo lum m’escapèt,
Foti fuòc a la palha, o lalà, o lalà,
Mès lo lum m’escapèt,
Foti fuòc a la palha, o lalà.

Mès lo lum m’escapèt,
Foti fuòc a la palha, (bis)
Prenguèri lo farrat,
Per finir la jornada, o lalà, o lalà,
Prenguèri lo farrat,
Per finir la jornada, o lalà.

Prenguèri lo farrat,
Per finir la jornada, (bis)
Mès trobèri pas res,
Per la palha cremada, o lalà, o lalà,
Mès trobèri pas res,
Per la palha cremada, o lalà.

Mès trobèri pas res,
Per la palha cremada, (bis)
Volguèri far lo dòl,
Lo roge m'agradava, o lalà, o lalà,
Volguèri far lo dòl,
Lo roge m'agradava, o lalà.

Volguèri far lo dòl,
Lo roge m'agradava , (bis)
Seriá pas empr’aicí,
Lo miu gran de civada ? o lalà, o lalà,
Seriá pas empr’aicí,
Lo miu gran de civada ? o lalà. »
Le petit homme
« Si je me suis mariée,
Je me suis bien trop pressée.
J’ai pris un homme grand,
Comme un grain d’avoine, oh lala, oh lala,
J’ai pris un homme grand,
Comme un grain d’avoine, oh lala.

J’ai pris un homme grand,
Comme un grain d’avoine,
Je l’ai envoyé au ruisseau,
Pour me faire la lessive, oh lala, oh lala,
Je l’ai envoyé au ruisseau,
Pour me faire la lessive, oh lala.

Je l’ai envoyé au ruisseau,
Pour me faire la lessive,
Au lieu de la laver,
Le nigaud s’amusait, oh lala, oh lala,
Au lieu de la laver,
Le nigaud s’amusait, oh lala.

Au lieu de la laver,
Le nigaud s’amusait,
Mais il tomba dans le ruisseau,
L’eau me le noyait, oh lala, oh lala,
Mais il tomba dans le ruisseau,
L’eau me le noyait, oh lala.

Mais il tomba dans le ruisseau,
L’eau me le noyait,
Je montai sur le pont,
Pour voir s’il nageait, oh lala, oh lala,
Je montai sur le pont,
Pour voir s’il nageait, oh lala.

Je montai sur le pont,
Pour voir s’il nageait,
Ah ! si vous l’aviez vu faire,
Comment il se débattait, oh lala, oh lala,
Ah ! si vous l’aviez vu faire,
Comment il se débattait, oh lala.

Ah ! si vous l’aviez vu faire,
Comment il se débattait,
Au lieu d’en pleurer,
Le rire me crevait, oh lala, oh lala,
Au lieu d’en pleurer,
Le rire me crevait, oh lala.

Au lieu d’en pleurer,
Le rire me crevait,
Je le mettais à côté du feu,
Les poules le piquaient, oh lala, oh lala,
Je le mettais à côté du feu,
Les poules le piquaient, oh lala.

Je le mettais à côté du feu,
Les poules le piquaient,
Je le mis au lit,
Il se perdit dans la paille, oh lala, oh lala,
Je le mis au lit,
Il se perdit dans la paille, oh lala.

Je le mis au lit,
Il se perdit dans la paille,
Moi je tenais le quinquet,
Ma mère le cherchait, oh lala, oh lala,
Moi je tenais le quinquet,
Ma mère le cherchait, oh lala.

Moi je tenais le quinquet,
Ma mère le cherchait,
Mais la lampe m’échappa,
Je fous le feu à la paille, oh lala, oh lala,
Mais la lampe m’échappa,
Je fous le feu à la paille, oh lala.

Mais la lampe m’échappa,
Je fous le feu à la paille,
Je pris le seau,
Pour finir la journée, oh lala, oh lala,
Je pris le seau,
Pour finir la journée, oh lala.

Je pris le seau,
Pour finir la journée,
Mais je ne trouvai rien,
Dans la paille brûlée, oh lala, oh lala,
Mais je ne trouvai rien,
Dans la paille brûlée, oh lala.

Mais je ne trouvai rien,
Dans la paille brûlée,
Je voulus porter son deuil,
Le rouge me plaisait, oh lala, oh lala,
Je voulus porter son deuil,
Le rouge me plaisait, oh lala.

Je voulus porter son deuil,
Le rouge me plaisait,
Ne serait-il pas par ici,
Mon grain d’avoine ? oh lala, oh lala,
Ne serait-il pas par ici,
Mon grain d’avoine ? oh lala. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...