Ai quatre-vints ans passats…

Collecté en 2000 par IOA Sur la Commune de Viviez Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les monologues se récitaient souvent à la fin des banquets. En retenir un entier représente une belle performance.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

CHARLOTTE DENOIT

née Vaubert en 1913 à Paris.

Transcription

Occitan
Français
« Filhetas que sètz a maridar, fa(gu)èssetz pas coma ieu, embarrassatz-vos al pus vite ! Tala que me vesètz, ai quatre-vints ans passats e me vòli maridar.
Atanben, me prenguèssetz pas per la pus desgordida, ni la pus estordida, que me soveni qu’a l’asile, agèri un prètz e, a quinze ans, legissiái tota sola las ensenhas dels magasins. Mès tala que me vesètz, ai quatre-vints ans passats e me vòli maridar.
A quinze ans, pel premièr còp de ma vida, anèri a una nòça. N'i aviá de polits e de desgordits mès cap fa(gu)èt pas mon afar. En atendent, ai quatre-vints ans passats e me vòli maridar.
A vint ans, ne trobavi ben prosses de Pierron. Mès ieu n’auriái volgut un que s’apelèssa Baptiston per çò que un Baptiston aquò's quicòm assiute. E en atendent, ai quatre-vints ans passats e me vòli maridar.
A trenta ans, ausi(gu)èri una femna que disiá :
“A trenta cal pregar, a trenta-cinc cal pagar !”
E ben ieu me pensèri :
“Se cal pagar, pagarai, mès ne pregarai pas cap !”
E, en atendent, ai quatre-vints ans passats e me vòli maridar.
A trenta-cinc ans, sia(gu)èri plan urosa de trobar un Baptiston. Qu’èra polit ! Per me venir veire, aviá crompat un capèl de calitre, una levita coeta d’irondèla, de solièrs a l’Empire e de guèstras a l’escuièira.
Ieu, per li far rampèu, vau a Rodés, crompar çò que cal per far una rauba. Dins la Carrièira Nòva, te vegèri un magasin ont i aviá escrich “Quin-ca-lha-riá”.
“Quin-ca-lha-riá ? Ten, me pensèri, aquò’s aquí que l’òm se diu requinquilhar !”
Dintri e lor di(gu)èri :
“Adessiás, ai trobat un Baptiston e me vòli maridar ! Fasètz-me veire la darrièira mòda !”
Se metèron a rire mès a rire… Me pensèri :
“Son bandats, los cal escusar…”
Una espèça de despenja-salsissa m’agachava coma se me voliá manjar.
“Oui Mossur, ai trobat un Baptiston e me vòli maridar. Fasètz-me veire la darrièira mòda !”
Paure monde… Se metèron a davalar de marmitas, de padenas, d’escudèlas, de topinas… Tot aquò fasiá un tal carivari que me pensèri que Baptiston èra viuse e, pel còp, fa(gu)èt pas pus mon afar… En atendent, ai quatre-vints ans passats e me vòli maridar.
Cerqui totjorn un Baptiston mès ara me contentarai d’un Pierron. »
J’ai quatre-vingts ans passés
« Fillettes qui êtes en âge de vous marier, ne faites pas comme moi, embarrassez-vous au plus vite ! Telle que vous me voyez, j’ai quatre-vingts ans passés et je veux me marier.
Aussi, ne me prenez pas pour la plus dégourdie, ni la plus étourdie, car je me souviens qu’à l’école, j’eus un prix et, à quinze ans, je lisais toute seule les enseignes des magasins. Mais telle que vous me voyez, j’ai quatre-vingts ans passés et je veux me marier.
À quinze ans, pour la première fois de ma vie, j’allai à une noce. Il y en avait de jolis et de dégourdis mais aucun ne fit mon affaire. En attendant, j’ai quatre-vingts ans passés et je veux me marier.
À vingt ans, je trouvais bien assez de Pierrou. Mais j’en aurais voulu un qui s’appelle Baptistou parce qu’un Baptistou c’est quelque chose de commode. Et en attendant, j’ai quatre-vingts ans passés et je veux me marier.
À trente ans, j’entendis une femme qui disait :
“À trente, il faut prier, à trente-cinq, il faut payer !”
Eh bien je pensai :
“S’il faut payer, je paierai, mais je n’en prierai aucun !”
Et, en attendant, j’ai quatre-vingts ans passés et je veux me marier.
À trente-cinq ans, je fus très heureuse de trouver un Baptistou. Qu’il était beau ! Pour venir me voir, il avait acheté un chapeau haut de forme, une lévite queue d’hirondelle, des souliers à l’Empire et des guêtres à l’écuyère.
Moi, pour rivaliser avec lui, je vais à Rodez, acheter ce qu’il faut pour faire une robe. Dans la Rue Neuve, je vis un magasin où il y avait écrit “Quin-cail-le-rie”.
“Quin-cail-le-rie ? Tiens, me dis-je, c’est là qu’on doit se requinquer !”
J’entre et je leur dis :
“Bonjour, j’ai trouvé un Baptistou et je veux me marier ! Faites-moi voir la dernière mode !”
Ils se mirent à rire mais à rire... Je me dis :
“Ils sont soûls, il faut les excuser...”
Une espèce de grande perche me regardait comme s’il voulait me manger.
“Oui, Monsieur, j’ai trouvé un Baptistou et je veux me marier. Faites-moi voir la dernière mode !”
Mes pauvres... Ils se mirent à descendre des marmites, des poêles, des écuelles, des pots... Tout ça faisait un tel charivari que je me dis que Baptistou était veuf et, pour le coup, il ne fit plus mon affaire... En attendant, j’ai quatre-vingts ans passés et je veux me marier.
Je cherche toujours un Baptistou mais maintenant je me contenterai d’un Pierrou. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...