Venda de las armas de Vimenet

Collecté en 2000 Sur la Commune de Vimenet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L’enquant de las armas est une vente aux enchères de produits locaux offerts par les habitants et rachetés par eux, dont le produit sert à payer des messes pour le repos des âmes des morts.

Cela se pratique encore notamment à Sainte-Eulalie d'Olt, Malescombes, Lassouts, Cruéjouls et Castelnau de Mandailles.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉE VÉZINET

née Ricard en 1921 à Villefranque de Vimenet, décédée en 2020.

Transcription

Occitan
Français
« Aicí per Totsants, se fasiá la venda de las armas, qu'apelavan. N'i a pas qu'una trentena d'ans qu'aquò se fa pas. Tot lo monde portava quicòm als fons de la glèisa. Lo lendeman de Totsants, qu'aquò s'apelava lo jorn de las armas, lo monde portavan… N'i aviá que portavan… Fasián un fo(g)asset. N'i aviá que portavan un afaire de pasta de coènh, d'altres portavan una auca. I aviá una bona femna aicí qu'apelàvem la tatà Finon, sovent balhava una auca. E de polets, atal. Alara o metiam al fons de la glèisa.
A la fin de la messa, lo curat amb un altre òme, Martin qu'apelàvem… Alara li fasiá passar. Alara èra sus la pòrta de la glèisa e disiá atal :
“La pola, dix francs !”
Metèm.
Un altre disiá :
“Douze francs !”
Un altre disiá :
“Quinze !”
E pièi, quand degús disiá pas res, aquò èra al tipe qu'aviá dich lo darnièr prètz.
Ah oui, oui ! Aquò se fasiá sus la plaça aquí, davant lo portal, davant lo pòrche de la glèisa.
E pièi disián doas messas per setmana per las armas : lo jòus e lo… Sai pas quant altre jorn, lo vendres benlèu… Doas messas per setmana per las armas.
Mès, d'aquel moment, aicí, aviam lo convent, aviam las surs, aviam de vièlhas filhas, i aviá totjorn de monde a la messa, que ara i auriá pas degús… »
Vente pour les âmes à Vimenet
« Ici pour Toussaint, on faisait ce qu'ils appelaient la vente pour les âmes. Il n'y a qu'une trentaine d'années que cela ne se fait plus. Tout le monde apportait quelque chose au fond de l'église. Le lendemain de Toussaint, cela s'appelait le jour des âmes, les gens apportaient… Il y en avait qui apportaient… Ils faisaient une petite fouace. Il y en avait qui apportaient de la pâte de coing, d'autres apportaient une oie. Il y avait une bonne femme ici que nous appelions la tata Finou, elle donnait souvent une oie. Et des poulets, ainsi de suite. Alors nous le mettions au fond de l'église.
À la fin de la messe, le curé et un autre homme, que nous appelions Marty… Alors il lui faisait passer. Alors il était sur la porte de l'église et disait ainsi :
“La poule, dix francs !”
Mettons.
Un autre disait :
“Douze francs !”
Un autre disait :
“Quinze !”
Et puis, quand plus personne ne parlait, c'était à celui qui avait dit le dernier prix.
Ah oui, oui ! Ça se faisait sur la place là, devant le portail, devant le porche de l'église.
Et puis ils disaient deux messes par semaine pour les âmes : le jeudi et le… Je ne sais quel autre jour, le vendredi peut-être… Deux messes par semaine pour les âmes.
Mais, en ce temps-là, ici, nous avions le couvent, nous avions les sœurs, nous avions des vieilles filles, il y avait toujours du monde à la messe, alors qu'aujourd'hui il n'y aurait personne… »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...