Las lachariás

Collecté en 2000 Sur la Commune de Vimenet Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Avec le développement de Roquefort, progressivement, à partir de la fin du XIXe siècle, des laiteries (lachariás) s’installèrent dans les villages, dans certains hameaux et même dans les exploitations les plus importantes, partout en Rouergue, à l’exception de l’extrême nord et de l’ouest du département.

Beaucoup de villages avaient plusieurs laiteries dépendant de sociétés différentes.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RENÉE VÉZINET

née Ricard en 1921 à Villefranque de Vimenet.

Transcription

Occitan
Français
« Avèm totjorn avudas de fedas e molziam per Ròcafòrt.
D'aquel moment, i aviá doas lachariás, aicí. Mès caliá portar lo lach cada matin d'abans uèch oras, a la lachariá, per que fa(gu)èsson lo fromatge. N'i aviá una al cap de vilatge e l'altra aicí al fons. E tot lo monde ambe sa coireta o son bidon e son carreton… Naltres, aicí, aviam un carretonet parce que èrem luènh. Anàvem al cap de vilatge. Ambe lo carreton e lo bidon, anàvem montar lo lach a la lachariá. E aviam un lachaire, aicí, un lachaire tota l'annada que fasiá lo fromatge per Ròcafòrt.
A Ròcafòrt, i aviá dos o tres industriels : i aviá Grimal, i aviá la Societat… Aquò fa qu'aquò's aquò que i aviá doas lachariás. Cada lachariá fasiá per son industriel.
Sabètz que caliá pas metre d'ai(g)a dins lo lach !
Èra fach aicí e i aviá una cava. Lo gardava, ieu crese, quatre jorns pièi veniá lo camion. Èra dins de gagets, aquí, arrenjat. E aquel camion lo preniá a Ròcafòrt e, a Ròcafòrt, lo cosinavan pièi. »
Les laiteries
« Nous avons toujours eu des brebis et nous trayions pour Roquefort.
À ce moment-là, il y avait deux laiteries, ici. Mais il fallait apporter le lait chaque matin avant huit heures, à la laiterie, pour qu'ils fassent le fromage. Il y en avait une au bout du village et l'autre ici au fond. Et tout le monde avec son récipient en cuivre ou son bidon et son chariot… Nous, ici, nous avions un petit chariot parce que nous étions loin. Nous allions au bout du village. Avec le chariot et le bidon, nous allions monter le lait à la laiterie. Et nous avions un laitier, ici, un laitier toute l'année qui faisait le fromage pour Roquefort.
À Roquefort, il y avait deux ou trois industriels : il y avait Grimal, il y avait la Société… C'est pour cela qu'il y avait deux laiteries. Chaque laiterie travaillait pour son industriel.
Vous savez qu'il ne fallait pas mettre de l'eau dans le lait !
Il était fabriqué ici et il y avait une cave. Il le gardait, je crois, quatre jours puis le camion venait. Il était dans des caisses, là, arrangé. Et ce camion le prenait à Roquefort et, à Roquefort, ils l'amélioraient ensuite. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...